"La vie est un voyage! Avec ou sans bagages, seul ou à plusieurs, aventurier ou pas, nous sommes tous des voyageurs du temps!"

Histoire d’X : Vie d’Art-triste

 


Histoire d'X : Vie d'Art-triste dans Histoire d'X ernst-ludwig-kirchner-toilette-449x600Face à son miroir, X se regardait, une fois de plus. Son visage, sa poitrine, son ventre, son sexe, ses hanches, ses jambes, ses pieds.

À vrai dire, X ne se reconnaissait plus.

- « Ça s’empire d’années en années », remarqua-t-elle à haute voix,

- « Mais qui es-tu? » continua-t-elle en se regardant…

- « Regardes moi ce cul, il est énorme! Et ce ventre… impossible à faire disparaître ! Et ce visage,… pourquoi? »

Tel un rituel, X prit alors sa crème de jour. Elle en badigeonna de haut en bas sur son visage puis elle le recouvrit de poudre dorée, pour la bonne mine, et utilisa tout un tas de couleurs sur sa bouche, ses yeux, ses joues, pour cacher.

Le masque venait d’être posé.

 Puis X se tourna alors vers sa garde robe.

Slip ventre plat, bas qui affinent les jambes, talons pour se grandir et s’élancer… puis elle sortit ensuite de son armoire une robe noire.

Le costume venait d’être trouvé.

Puis touche finale, le parfum.

X avait peur qu’on sente son odeur, son odeur qu’elle sentait vieillir et qui l’insupportait, qui lui collait à la peau, celle qui la suivait partout et qui hantait ses nuits.

Un nouveau personnage venait de  naître.

Maintenant X savait qu’on allait s’intéresser à elle, surtout les hommes.

X était seule, et elle ne savait même plus depuis quand, bien trop longtemps sûrement pour ne plus arriver à s’en rappeler.

Étrangement, cette fois X avait oublié ses boucles d’oreilles, ses préférées, celles qu’elle  posait toujours près du miroir.

L’air détaché, X prit le dernier élément de sa parure, mais ce qu’elle redoutait le plus arriva.

Son regard s’arrêta. On pouvait lire dans ses yeux qu’une effroyable peur commençait à la paralyser.

Ses yeux noirs charbonneux, cette robe vulgaire, tous ces artifices…. c’était pourtant bien elle.

Son corps était-il encore à l’image de ce que lui laissait entendre son esprit ?

Non.

Ce qu’elle venait de comprendre depuis toutes ces années c’est qu’elle se dégoûtait, qu’elle était devenue une intruse de ce monde rempli de vie.

X se dit en elle que ce n’était pas possible, alors elle oublia et s’imagina autrement.

Sa raison lui avait échappée lentement mais sûrement, sans qu’elle ne s’en aperçoive.

X y arrivait si bien…, quand tout à coup la dure réalité lui remit violemment les pieds sur terre lorsqu’elle fit face à son reflet.

X venait de voir son spectre dans la glace.

Elle resta là, des heures durant. Depuis combien temps cela durait-il ? Au fond d’elle, X le savait…Cela faisait maintenant vingt ans qu’elle se jouait la comédie.

Mais le rideau venait de tomber.

X devait tirer sa révérence.

Triste mort pour cette art-triste, qui n’avait pour public que son reflet drama-triste.

14 mars, 2011 à 20:35


2 Commentaires pour “Histoire d’X : Vie d’Art-triste”


  1. Franck dit Barte la Singette écrit:

    Bonsoir,

    C’est bizarre, parfois la toile tisse des liens étranges. C’est aussi toute la magie de ce phénomène étrange, des personnes qui se croisent et qui jamais autrement ne se seraient rencontrées !
    C’est ce qui se passe actuellement vous concernant.
    Tout a commencé, il était une fois un article consacré à l’utopie sur mon post sous mon pseudo de la Singette : http://www.lepost.fr/perso/la-singette/
    qui était consacré à l’Utopie et vl’a t’y pas qu’un certain Radiopirate m’inscrit dans ses favoris !
    En réponse, je vais lire de quoi il retourne à son sujet et youp la boum, y’a d’la joie je l’inscris à mon tour dans mes favoris.
    Et je découvre son interview par vos bons soins, sacré bonhomme, en effet !
    Du coq à l’âne, je vais faire un tour sur votre post et sur votre blog et là je tombe baba sur votre article avec en illustration, un tableau de mon grand ami Ernst Ludwig Kirchner et Erna en modèle et compagne du compère devant son miroir.
    Tout d’abord, je trouve que votre texte s’accorde tout à fait au tableau et au personage de la femme se mirant mais aussi à l’esprit de l’artiste. J’adore la finesse de la chute et bien sur le choix de ce tableau de cet artistes pour ainsi dire inconnu en France sur lequel j’ai beaucoup travaillé et suivi ses œuvres de Berlin à Davos, où il est décédé sur un coup de folie devant quelle connerie la guerre et sa peur atroce de devoir revivre les épreuve de celle de 14 / 18 en tant que « engagé involontaire ».
    Encore merci et bravo à vous.

    Avec toute ma fraternité

    Franck dit Bart, alias la Singette qui en

    Répondre

  2. cinquiemevitesse écrit:

    Bonjour Franck dit Bart,

    Je vous remercie pour votre commentaire qui m’a presque laissé sans voix… et qui m’a beaucoup touché!
    Pas facile de mettre une image qui n’est pas de soi sur un de ses textes, et c’est vrai que quand j’ai vu cette toile, je me suis dis »c’est elle » ma X.
    Merci pour ce petit complément d’informations sur la vie de Ernst Ludwig Kirchner. C’est vrai qu’il n’est pas très connu dans nos contrées, mais quel talent!
    J’espère vous revoir par ici Franck la Singette!

    PS: J’ai bien modifié la destination du commentaire!

    Bien à vous,
    Cinquiemevitesse

    Répondre


Répondre à Franck dit Barte la Singette Annuler la réponse.