"La vie est un voyage! Avec ou sans bagages, seul ou à plusieurs, aventurier ou pas, nous sommes tous des voyageurs du temps!"

» Catégorie : On refait le monde


Ivresse

Commentaires » 0

Ivresse dans Lit et ratures ei4tvjq2-1-300x210

Il est tard. Le crépuscule ne résiste pas longtemps à l’intensité de l’ambiance lunaire qui s’impose sur l’horizon. Peu à peu, la rumeur de la ville et les passants se confondent, pendant que la nuit, berçant l’air ambiant, prend dans ses bras les noctambules qui passent par là.

Juste au-dessous des premières étoiles qui apparaissent, de la vois lactée qui trace timidement par dessus nos têtes le chemin des espoirs encore permis de nos futures destinées, doucement le bal des ombres se met en place.

Le brouhaha de la journées s’efface pour laisser place au tintement des verres qui s’entrechoquent, aux rires qui éclatent, aux discussions intimes ou imprévues qui rythment délicatement cet instant parfait, ce moment délectable.

Entraînée par cette mélodie improvisée, véritable symphonie de tous les paramètres ambiants, si complexe et si simple à la fois, la réalité a soudain un goût de paradis imaginaire, artificiel.

Plus rien n’a d’importance. Tout est si parfait, même le temps ne compte plus, et puis le temps c’est maintenant, au présent. Impossible de le saisir, ce lapin blanc toujours à l’heure, au tournant.

La soirée continue son ascension, sans faux semblants, sans chichis, sans tralala. L’alchimie invisible pénètrent sans bruits le moindre centimètre carré de notre peau, les moindre recoins de notre esprit. Ivresse, orgies des sens, euphorie imprévisible.

Se sentir vivant, ici ou ailleurs, partager cette joie universelle sans mots, mais pas sans cœur et arrêter de condamner notre âme d’enfant qui ne demande qu’à sentir, goûter, toucher, voir, entendre, … vivre.

L’obscurité bienfaisante ne sera qu’éphémère, emportant avec elle cette perfection insaisissable, similaire et différente à chaque apparition. L’aurore se rapproche, avec elle un nouvel univers, qui nous rappelle que chaque seconde qui passe suffit à transformer nos vies sur terre.

Les gens, les autres et moi…

Commentaires » 3

Les gens, les autres et moi...  dans Lit et ratures dessins-des-gens-assis-corrige1

Les gens, les gens, ben oui, les autres quoi!

Tous ces tarés de gens…

Moi? Moi c’est pas pareil!

Ben oui, moi, ben c’est moi!

C’est comme mes amis, ma famille, mais les gens, tous des abrutis.

Les gens qui vont bosser, ceux qui vont au supermarché, les gens qui manifestent, ces cons qui veulent pas travailler.

Les gens dans les embouteillages qui perdent leur temps enfermés dans leur boîte à savon.

Les gens…

Ils parlent, ils parlent, mais ne font pas grand chose…

Moi? Non, moi je ne suis pas « un gens », moi, ben j’suis comme mes amis et ma famille.

J’suis normal, quoi!

Les gens, ceux qui marchent dans les rues des centres villes de Zara à H et M…

Les gens, ces cons qui restent scotchés à leur télé, ces débiles.

Les gens, ils croient tout ce qu’on leur dit, ou pas!

Soit ils disent rien, soit ils font chier les autres.

Les gens, c’est la plaie de l’humanité. Je les supporte pas!

Les gens, les gens, les gens…

Les gens d’armes, les gentils,…

Moi? Non, moi j’suis pas « un gens », moi j’suis meilleur, commes mes amis et ma famille.

Quand je parle des gens avec eux, on est toujours d’accord, les gens, ben ils nous fatiguent, ils nous emmerdent, ils nous dérangent, ils nous font chier quoi !!!

Des fois, j’parle des gens avec des gens que j’connais pas, et on tombe toujours d’accord, les gens sont vraiment… ah j’me retiens sinon j’vais être grossier!

Les gens c’est la jungle!

Les gens, légende urbaine ou rurale.

Les gens, j’les déteste comme j’les aime. Ouai ça dépend, surtout de mon humeur à vrai dire!

Les gens! Avec mes amis ont dit souvent ben, qu’ils font n’importe quoi…

Qu’ils sont bizarres…

C’est vrai après tout, qui sont les gens?

Ben j’sais pas moi! Les autres non? Les autres êtres humains qui nous entourrent, moi, mes amis et ma famille.

Enfin humain, c’est à se demander, non?

Les gens, les gens! J’entends qu’eux, j’vois qu’eux, à la télé, dans la rue, dans ma voiture!

Peuvent pas nous foutre la paix les gens?

Ah j’allais oublier, les gens de « bonne famille », alors ceux-là, ce sont les pires!

Des gens qui font des lois et qui se la pètent en dirigeant un pays, non mais sans rire, on va où là?

Les gens ils sont trop forts, ils sont partout tout le temps, ils font tous des trucs: les gens riches, les gens intelligents, les gens biens, les gens des villes, des campagnes, les gens du gouvernement, les gens qui souffrent, les gens qui rient, les gens…

Moi? Comment ça moi aussi je fais parti des gens? Ca va pas non?

Si je me suis déjà demandé si moi, mes amis et ma famille, on faisait aussi parti des gens?

Que les autres, ceux qui parlent aussi des gens, nous prendraient donc aussi pour des gens?

Euh…?

Ca voudrait dire que moi, mes amis, ma famille, on serait pour d’autres des cons, comme les autres le sont pour nous?

Non! Les gens sont bêtes vous savez!

Et puis moi, j’vous le répète, moi, mes amis et ma famille, on ne fait pas parti « des gens », on est différents!

 

La fin du Nouveau Monde (Nouvelle)- Chapitre II

Commentaires » 0

Lien vers le Chapitre I

 

 

La fin du Nouveau Monde (Nouvelle)- Chapitre II dans Lit et ratures

II

 

Les autorités décidèrent donc de renouer un contact avec la Terre.

Car si nous connaissions beaucoup de choses sur la Terre et ses habitants, nous ne les avions jamais approchés, enfin si mais il y avait bien trop longtemps.

Nous attendions le jour on l’on pourrait se rencontrer dans un contexte d’échanges, de dialogues, d’apprentissages et de découvertes, afin de lier nos connaissances.

Mais le temps nous manquait, nous pensions avoir fait le bon choix en intervenant dans le destin collectif de l’Univers, il fallait agir vite, l’ « Équilibre » tout entier en dépendait.

Il fallait commencer par s’infiltrer, pour trouver un moyen de leur faire prendre conscience du danger que l’Univers encourrait.

Car si l’on pouvait intervenir dans le destin de l’Univers, le choix de changer restait aux Hommes, seul leur volonté pouvait les sauver, Nous sauver.

Après plusieurs propositions, nous avions trouver une solution qui s’avérait être la plus simple et la plus juste.

En effet, nous avions finis par conclure que l’observation des humains, si longue fut elle, ne nous permettait pas de vraiment les comprendre.

L’idée était donc de s’immiscer dans la vie des hommes, sur Terre, afin de faire un premier constat.

Nous voulions essayer d’être les plus objectifs possibles, et peut être que si nous ne comprenions pas les hommes, c’est peut être car nous étions démunis d’émotions, d’instincts.

Une phrase très célèbre provenant de la Terre dit « Pour se comprendre lui-même, l’homme a besoin d’être compris par autre. Pour être compris par un autre il lui faut comprendre cet autre ».

Il nous fallait donc devenir humain le temps d’un instant.

Avant le grand départ, nous nous réunîmes pour faire le point sur toutes les connaissances que nous avions appris des humains.

La combinaison de notre savoir et de celui des hommes allaient alors peut être sauver l’Univers.

De plus, de cette manière, nous laissions le libre arbitre aux hommes.

Ils seraient les seuls à décider.

Pour commencer, nous ne voulions pas rencontrer plusieurs humains, mais un seul.

De cette manière, nous pourrions ressentir tous les sentiments humains sans nous disperser, car nous partions du principe, que tous les hommes étant constitué quasiment de façon identique, ils devaient tous connaître les mêmes sentiments et instinct, à différentes échelles d’ailleurs.

Nous étions donc prêt, le départ était imminent…

 

A suivre…

Le Paradoxe de la Peur

Commentaires » 0

Le Paradoxe de la Peur dans Cri-tique

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler cet étrange paradoxe que produit la peur sur nos comportements.

Depuis quelques jours maintenant, je lis les infos de part et d’autre du globe. Les infos dites « officielles » mais également les infos considérées comme « non-officielles ». L’actualité est riche en événements, pas un moment pour respirer.

Tous les domaines de la vie sont saturés de nouvelles que je qualifierai d’assez sombres, dramatiques, catastrophiques… De New-York à Londres, en passant par Madrid ou Tokyo, Paris ou Rome, les jours se suivent avec leurs lots de scandales, de morts, de guerres, d’épidémies, de catastrophes naturelles ou pas.

J’ai constaté que l’approche de l’année 2012, continue de faire spéculer nos idées collectives ou individuelles de fin du monde.

Apparemment tout est lié, on nous cache tout, on nous dit rien. Chaque actualité trouve (semblerait-il) toujours une explication.

Quand ce n’est pas une comète, c’est le calendrier Maya, quand ce n’est pas le calendrier Maya, ce sont les prophéties bibliques, quand ce ne sont pas les prophéties, ce sont les extraterrestres, etc., etc.

Difficile de rester pragmatique et objectif lorsque l’on prend le train de la toile, direction les découvertes cachées, les  mystères irrésolus, les conspirations, les complots,… Chaque arrêt a son lot de messages à faire passer, ses mises en garde, ses révélations, ses conseils,…

Dans cette quête à l’information, je me suis souvent attardée sur les commentaires laissés par les internautes (toi, moi, vous, eux).

Dans quasiment chaque discussion, on retrouve toujours l’équilibre entre les pros complots et les pros anti-complot (car je ne sais si vous l’avez remarqué, mais dorénavant chaque sujet d’actualité traité par les journalistes ou pseudo journalistes finit dans 90 % des cas en un débat concernant toutes ces choses qu’on nous cache, la manipulation de nos esprits,…) avec ceux qui disent «  Ok, mais qu’est ce qu’on peut faire alors ? ».

Vous trouverez peut-être cela stupide, mais je pense que la vrai Peur est exactement là ! Dans cette foutue question.

Le reste ne sert qu’à nous faire remarquer que le monde ne tourne pas dans un parfait équilibre, qu’il y a trop de disparités, de non-dits, de passe-droits, d’injustices…

Pour essayer de synthétiser, dans le premier cas, il y a les gens qui sont contre les autres gens.

Laissez-moi vous expliquer…

Prenons un exemple récent, la proposition d’aide de la CAF pour les gens du voyage. J’ai pu observer et participer à des discussions pour le moins « grotesques », bourrées de stéréotypes, de phrases irréfléchies, d’une ignorance totale de tous les paramètres de la situation et du contexte.

J’ai pu lire dans les commentaires que tous les chômeurs sont des feignants, qu’il faudrait retirer toutes les aides sociales, que les gens du voyages sont des profiteurs, bref aucune analyse de jugement réfléchie. Évidemment ça dérape vite, et forcément la discussion part dans tous les sens, les uns se faisant traiter de raciste ou de facho, les autres dénonçant les injustices qu’ils ne comprennent pas (par exemple : pourquoi aller travailler rapporte moins qu’une personne au chômage et qui perçoit les APL). Mais le sujet n’est pas là, continuons.

Dans le deuxième cas, il y les gens qui pensent que tout n’est qu’un vaste complot, que rien n’arrive par hasard, que les mayas n’ont l’on bien dit, et que la fin du monde est proche, car tous les signes se rejoignent, que ce n’est plus qu’une question de temps.

Alors là niveau théories sur la fin du monde, il y en a pour son argent (et pour son temps, celui ou on reste scotché des heures devant des photos, des schémas, des vidéos prouvant par A+B que tout est là devant nos yeux).

Dans presque tous les cas, j’ai constaté qu’il était extrêmement rare de lire des opinions « neutres » ou « réfléchies », pesant le pour et contre, et ne se fermant pas à toutes idées différentes, par des remarques agressives, insultantes ou banalisées.

 

Mais le Monde est Monde, et il n’a jamais été juste.

Seulement aujourd’hui, on a les moyens de s’en rendre vraiment compte. D’une part car l’information circule vite, très vite, ce qui n’existait pas dans le passé, d’autre part nous sommes maintenant une majorité à savoir lire et écrire, ce qui n’était pas non plus le cas avant avec des taux d’analphabétisme record !

Faut-il rappeler que pendant des siècles le latin dominait les écrits, que seul les scribes étaient habilités à écrire et recopier des documents.

Oui, le Monde est Monde et il n’a jamais été juste.

Remarquons qu’ici, nous avons la possibilité d’avoir enfin un peu de chance dans notre malheur, car s’en rendre compte à grande échelle est le premier pas vers le désir de vivre dans une société plus équilibrée.

Nous en revenons donc à cette question, si simple et si compliquée à la fois, car elle nous met directement au pied du mur.

« Qu’est-ce qu’on peut faire ? »

Cette minuscule question nous ramène à notre propre égoïsme, à nos valeurs, nos convictions, notre courage même, celui de vouloir changer sans savoir comment.

S’indigner est-il la bonne solution ?

Faut-il croire en Dieu et au destin et se laisser porter par la vague ?

Doit-on s’engager en politique ? Voter est-ce la solution à tous nos problèmes ?

Est-ce qu’UN seul homme ou UNE seule femme peuvent-ils changer tout ça ?

Qu’est-ce qu’agir ? Faire le tri de ses déchets, écrire quelques mots comme je le fais, marcher dans la rue pour protester ? Être artiste et faire passer des messages ? S’engager dans les ordres ou dans l’armée ? Faut-il simplement vivre sa vie et ne demander rien à personne ?

Comment être efficace lorsque l’on est seul ?

Comment trouver un compromis juste et équitable pour 7 milliards d’être humains ?

C’est cette question est ce qui nous fait peur.

La peur du changement, la peur de ne pas pouvoir agir, la peur de se rendre compte que nous sommes minuscules dans cet immense univers, la peur de se tromper, la peur de perdre des choses auxquelles nous tenons.

L’idée que me vient à l’esprit est celle d’un couple qui ne s’entend plus, mais qui, conditionné par un grand nombre d’habitudes n’arrive pas se séparer. La peur de se retrouver seul, de ne plus connaître les joies de l’amour.

J’ai l’impression que nous en sommes un peu là !

Les derniers divers mouvements de révoltes, de mécontentements, qu’ils concernent les pays arabes comme la Tunisie, l’Égypte, le mouvement des Indignés, les Anonymous, …, sont la preuve qu’une prise de conscience est entrain d’agir, mais ces mouvements n’ont toujours pas répondu à la fameuse question « Qu’est-ce qu’on fait vraiment ? » car cette question cache derrière elle une autre question « Et maintenant qu’est-ce qu’il va se passer ? ».

Alors comme dans cet exemple du couple, on reste ensemble sans savoir pourquoi, blasé, mais rassurer par la routine.

La peur de l’après, de ne pas savoir quoi faire ? Et si c’était mieux comme ça ? Et si on attendait encore ? Et puis après tout, à quoi ça sert tout ça ?

En effet, cette question demande un énorme courage individuel avant tout !

 2421995325_1 dans On refait le monde

Se regarder dans une glace et se demander ce qu’on veut vraiment, pour soi, pour ses enfants ou ses futurs enfants, pour les autres, pour la planète. 

Qu’est-on vraiment prêt à faire pour changer le monde? A quoi devrons-nous renoncer, car il est évident qu’il y aura des concessions à faire !

La peur du changement, c’est aussi la peur de faire une erreur, la peur de regretter !

Pour cela, je vous invite à venir voir mon prochain article, à paraître prochainement « La Théorie du cœur ».

 

Le paradoxe de la peur, c’est qu’il stimule autant qu’il paralyse !

Arrêtons d’avoir peur, arrêtons de dire que c’était mieux avant, et surtout réfléchissons à tête reposée à toutes ces peurs qui nous gouvernent pour mieux les affronter et les surpasser !

Cinquiemevitesse

peur%20du%20changement_thumb%5B1%5D dans Sauce et thé

Citation sur la démocratie

Commentaires » 0
Citation sur la démocratie dans On refait le monde lune241207

 » La démocratie c’est comme la face cachée de la lune, tout le monde en a entendu parler, mais personne ne l’a jamais vu !  » Cinquiemevitesse

 

 

La fin du Nouveau Monde (Nouvelle)

Commentaires » 2

La fin du Nouveau Monde (Nouvelle) dans Lit et ratures

 I

 Cela faisait maintenant quelques temps que les autorités s’inquiétaient sérieusement : les humains avaient commencé à découvrir vraiment trop de choses dans l’Univers et sur l’Univers.

Pendant plusieurs millions d’années, on s’était souvent moqué de leurs développements intellectuels et technologiques plus lents que la moyenne galactique, et on les avait laissé continuer de faire des recherches en pensant qu’ils étaient inoffensifs et bien trop préoccupés par leurs problèmes de Terriens.

Mais là, s’en était assez, les Hommes en voulaient toujours plus, plus d’argent, plus d’espérance de vie, plus de nourriture, plus de chefs, plus de pouvoir, plus d’informations, plus de productions, plus de savoir et surtout plus de science, plus d’expériences dans l’espace, conquérir chaque jours plus de kilomètres et repousser les limites du « Monde » connu.

Ce n’est pas que nous n’aimions pas les humains, au contraire, pendant très longtemps suivre leur évolution était une sorte de passe-temps.

Par exemple, lorsqu’ils ont découvert que leur Terre était ronde, et qu’elle tournait sur elle-même, mais également qu’il y avait de la gravité, des atomes, des molécules, tout cela était amusant et de plus ils avaient finis par faire taire tous les chercheurs, comme Galilée et Copernic, ce qui ralentissait considérablement leur propre évolution.

Les Hommes avançaient à si petit pas pour nous, et surtout ils se croyaient éperdument seul dans l’Univers, ils n’étaient donc pas dangereux.

C’est au cours de leur vingtième siècle que quelque part tout a commencé.

» Lire la suite

Je suis mon pire ennemi

Commentaires » 3

13

Y a ces moments dans la vie, ou plus rien ne nous sourit,
Ces passages à vide, qui mettent nos nerfs à vifs,
Ou l’on s’évertue à donner un sens à ces moments d’absences,
Les remèdes à ces maux ? Bien trop souvent des placebos,
Jouer avec nos limites, croyant que ça passera plus vite,
Mais pas de chance, l’échéance avance
Bien trop peur de se mettre à nu face à notre vécu,
De dire « ferme ta gueule » à nos égos aux tendances mégalos,
Sous prétexte de fierté mal placée, on fait semblant d’avoir accepté
Ces souvenirs sombres dans les abymes de notre mémoire,
Ceux qu’on veut oublier, mais qui resteront là, quelque part, à jamais,
On boit, on baise, on abuse des textures, complices de notre usure,
Et les jours passent, Et les jours passent,
Alors on joue avec nos masques, Nos mascarades servent de remparts,
On affiche des sourires, on parle de nos rêves plein d’avenir,
Ça à l’air cool en surface, mais ça nous reviendra toujours en pleine face,
Pas question de revoir les fondations de notre forteresse, Au fond, ça passera, si on serre les fesses,

 

Y a ces moments dans la vie où on foutrait tout en l’air,
Ou on s’foutrait bien en l’air,
Pour sûr Dark Vador est dans le coup, il a du venir dans la nuit nous susurrer des mots doux,
Ces phrases dans nos têtes, qui raisonnent et se répètent,
Qui nous rendent fous, nous mettent à bout,
Attaques de vieux démons en furie, prêts à tout pour détruire nos vies
Et on s’enfuit, Et on s’enfuit
Engager une lutte avec soi-même, voilà un défi extrême,
Adversaire à la hauteur de nos ambitions, le combat risque d’être long,
Frustrations par ici, souffrances par là,
Au bord du précipice de nos âmes, Prêts à rendre les armes,
Le couteau sous la gorge, l’épée de Damoclès au-dessus de nos têtes,
Juge, bourreau et victime en même temps, reste plus qu’à serrer les dents,
Que ces voix qui raisonnent se taisent enfin,
Et on se tait, et on se tait,
On signe l’armistice souvent en faveur de nos vices
On y laisse quelques plumes, mais c’est pour mieux viser la lune,
La succession des essais pour au moins essayer de toucher les étoiles,
Et peut-être enfin trouver la paix là où l’on si attend le moins,
A l’intérieur de celui avec qui l’on ne fait qu’un…

 

Y a ces moments dans la vie, ou on se sent bon à rien,
Nul, inutile, merdique, médiocre,
Loque humaine, parasite, intrus,
On mélange réalité, rêve, envies et souhaits,
A quoi ça sert d’être là, qu’est que je fou ici ?
Y a t-il une explication à tout ça ?
Nous aurait-on menti ?
Trouver un job, fonder une famille, c’est comme ça qu’on s’épanouit ?
C’est quoi être normal ? Pourquoi les autres me regardent ? Et moi, j’en fais quoi de ma vie ?
Ma vie décalée, parce que je me suis décollée des cases stéréotypées,
M’échappant pas à pas de la réalité, m’embrigadant vers la marginalité
C’est quoi tout ça ? Quelqu’un aurait-il le mode d’emploi ?
Le réalisateur de ce film est sûrement fou allier,
Il écrit l’histoire au hasard, sans nous donner d’explications,
Il nous a rendu accro à ce foutu scénario
Franchement y a de quoi finir taré, de perdre la raison ou d’finir en prison,
Mais même avec tout ça, on n’est pas pressé de voir la fin de ce tourbillon

 

Car perdus quelque part dans l’espace temps,…

 

Y a aussi ces moments dans la vie, ceux qu’on aimerait qu’ils soient infinis
Ceux qui nous font remarquer à quel point la vie peut être belle aussi,
Ces moments là sont souvent courts, rares et précieux, Parce que Le bonheur c’est comme le feu,
Ça brule, ça réchauffe, ça refroidit et ça s’éteint,
Le bout du tunnel est atteint, on se sent bien, Nos problèmes sont maintenant loin,
Mais pour combien de temps ? Un jour ? Un mois ? Un an ?
C’est ça alors vivre le jour présent ?
A ce prix là, la vie vaut de l’or et il a qu’à bien se tenir Dark Vador,
La prochaine fois qu’il attaque, il se prendra une claque
Le combat se poursuivra à armes égales, faut lutter pour atteindre son idéal,
Cette fois pas question de partir en cavale, de se débiner, de s’échapper,
Prendre son courage à deux mains, affronter la vie au quotidien,
Même si ça parfois ça peut faire mal, ne pas oublier que c’est vital
Que tout ça est bien réel, et que d’ici l’heure du game over,
Quand la folie, la déprime et la mélancolie prennent d’assaut nos gardes fous
Il reste toujours notre cœur pour faire exploser nos verrous

Coluche Candidat

Commentaires » 1

Et oui Mesdames Messieurs, vous ne rêvez pas, Coluche, le célèbre humoriste, se présente aux élections présidentielles de 2012… Nous aurons donc un candidat supplémentaire  en 2012.

A la surprise général, ce matin l’annonce  était officielle.

Coluche a enfin décidé se présenter aux élections présidentielles.

Les médias ont déclenché plusieurs émissions spéciales.

Le nombre d’appels vers ces chaines a explosé. Un regain d’espoir vient de s’immiscer dans la vie des français.

Au travail, chez les commerçants, sur les marches, on ne parle plus que de ça.

Selon des sources bien informées, l’Elysée ne souhaite pas faire de commentaires. Cependant, on aurait entendu parler de l’ouverture d’une cellule de crise exceptionnelle.

 

On comprend qu’en ces temps de crises, et au vue des nombreuses erreurs du gouvernement actuel, cette annonce ait de quoi faire chavirer le Titanic.

 Il semblerait que la population avait oublie son « coeur », car depuis ce matin, on ne compte plus les actes de gentillesses, de donation, d’échanges et de fraternité.

Même les policiers ont décidé de ne pas mettre de PV aujourd’hui.

Les gens chantent et dansent dans la rue,  on dirait que la France vient de gagner la coupe du monde.

Nous verrons bien la suite des évènements.

 

Cinquiemevitesse pour C4N international, en direct de Muflo, France d’a côté.

Le message d’une fée…

Commentaires » 0

Le message d'une fée... dans On refait le monde fdugtj3z

 

Décidément, ce n’est pas très facile de communiquer avec vous les humains !                          

Faut dire que vous parlez tout le temps ! Et blablalbli, et blablabla… Vos voitures, vos télés, vos objets en tout genre, vos ondes, … je commence à comprendre pourquoi vous êtes devenus sourds !

Il y a encore un siècle, on pouvait parler avec vos ancêtres, mais maintenant c’est quasiment impossible ! Parce qu’en plus d’être bouchés, vous ne croyez plus en rien non plus ! Tiens, d’ailleurs, si je vous pose la question « Est-ce que vous croyez aux fées ? », les trois quart d’entre vous me répondront soit non, soit je ne sais pas ! Résultat, un vrai génocide, car à chaque fois qu’une personne dit ne pas croire aux fées, et bien elle tue l’une des nôtres !

Même les enfants d’aujourd’hui ne nous écoutent plus ! Je suis horriblement triste ! Et en colère ! Vous vous êtes tellement appliqués à tout rationaliser, analyser, répertorier, je me demande même comment vous faites pour pouvoir encore rêver la nuit, mise à part encore quelques peuples de quelques continents, qui n’ont certes pas la chance de vivre dans ce confort qui vous ramollit le cerveau et l’esprit, mais qui croient toujours en nous, et en la magie de la vie, et qui ont réussi à garder une part d’insouciance et de joie simple.

Pour vous, toutes ces choses invisibles sont un non sens, un mysticisme sans queue ni tête, mais que croyez-vous ? Que tout est visible par vos yeux d’humains aveuglés ? Croyez-vous tout savoir, tout connaître ? Croyez-vous que tout n’est qu’une implacable suite d’événements logiques ?

Et bien dis donc, elle ne doit pas être gaie tous les jours votre vie rationnelle !

En même temps, vous n’avez cessé de vouloir donner une valeur (financière  hélas !) à chaque chose ici présente ! L’eau, la terre, l’amour, …        

Sûrement que vous pensez être fous à croire en des choses qui ne se voient pas, mais personnellement, moi je trouve surtout irréel votre comportement d’avoir laissé aller votre qualité de vie spirituelle de la sorte ! C’est vous les fous en fait ! Vous savez, après votre passage sur terre, vous n’emporterez rien avec vous ! Quand on sait que chez vous certains possèdent des richesses mirobolantes, y parait même que d’autres pourraient faire vivre et nourrir des pays entiers, c’est incroyable non ?

Oh je sais, vous vous direz, « quoi, une fée qui nous parle ? Mais c’est quoi encore que cette idiotie ! »…

En tout cas, moi je préfère croire en des chimères et partir riche intérieurement, que ne croire en rien et partir riche les poches pleines mais l’esprit amorphe… Comment voulez-vous respecter la Vie, et la mystérieuse énergie qui l’a fait naître, si vous essayez de justifier chacun de vos actes et chacune de vos pensées !

Enfin, moi j’dis ça, j’dis rien, je ne suis qu’une fée qui passait par là, visible ou invisible, en tout cas j’ai le cœur gros comme ça, et j’espère qu’un jour vous trouverez une plus belle harmonie que celle que vous avez décidé de suivre en ce début de 21ème siècle !
La Fée…

Rêve de Révolution

Commentaires » 4

Rêve de Révolution dans On refait le monde

Source Image: Gwam, Danseur, graphiste, illustrateur

 

Cette nuit j’ai fais le rêve d’une révolution

Vague impression d’évolution universelle

Véritable révélation intemporelle

Mon cerveau était en pleine ébullition

Il se sentait pousser des ailes

J’crois même que j’ai eu des frissons

 

J’voyais les gens main dans la main à l’unisson

Parce que Démocratie ou pas, On avait tous des raisons de faire entendre nos voix

Certains parce qu’ils avaient faim, d’autre parce que qu’ils avaient froid

Il était vraiment temps de changer l’équation

L’indécence des abus en tout genre avait sonné le glas

Laissant place à la transformation des esprits en mutation

 

Tous réunis pour le même combat

On avait compris que pour que règne enfin la justice

Il fallait mettre fin aux privilèges de tous ces pachas

Ceux qui se prélassent dans les palaces complices

De l’anéantissement des droits fondamentaux sans tracas

Bien trop occupés à spéculer sur leurs bénéfices

 

Marre de survivre pour leur bon plaisir, Marre de travailler pour les enrichir

Combien d’humains subissent les pires bassesses comparés à ces vendeurs de belles promesses ?

Combien d’humains crèvent de faim pour assouvir les besoins malsains de ces requins ?

Marre d’être spectateur sans rien faire, marre d’être condamné à se taire

 

Cette nuit j’ai fais le rêve d’une révolution

Vague impression d’évolution universelle

Véritable révélation intemporelle

Solution sine qua none pour garantir l’harmonie des civilisations

Protectrice de l’équilibre essentiel contre les obsessionnels du transactionnel

Héritage à transmettre aux futurs générations

 

Mais mon réveil a sonné

Terminant ma « rêve – olution »

Un nouveau jour commençait

Ma réalité avait dépassé la fiction,

Je vivais bel et bien dans ce monde à la con

Pourtant je me sentais transformée,

Plus forte et concernée

Parce que chacun doit cultiver sa propre évolution

Pour qu’une révolution puisse exister

 

Médias, informations : Regard sur ce début de siècle troublant et troublé

Commentaires » 2

« Alors que le tourbillon devient de plus en plus subtil, on a de plus en plus de mal à s’y laisser entraîner« 

Extrait tiré du film « Waking Life » de 2001.

 

Médias, informations : Regard sur ce début de siècle troublant et troublé  dans Ac -tue- alité à chaud ecrans

 

C’est exactement ce que je ressens aujourd’hui du monde, que nous – humains- avons construit, de notre apparition jusqu’à aujourd’hui.

J’avais toujours pensé que l’actualité (et les médias en général) stigmatisait sans cesse les mauvaises nouvelles au détriment des bonnes, qui doivent tout de même exister un jour quelque part.

Mais les nouvelles stratégies de communication, les nouvelles technologies et techniques audiovisuelles, les multiplications des possibles avec l’utilisation gargantuesque des satellites, des réseaux, des ondes,créent une sorte « de paradoxe subtil » (pour reprendre la phrase de l’extrait de Waking Life) entre la réalité et le virtuel.

Disons qu’un fait est un fait. Prenons l’exemple, d’une catastrophe naturelle. Médiatiquement parlant, nous serons au courant de ce fait, de façon objective.  Disons que cela, soit inscrit dans la réalité.

Le paradoxe apparaît alors, lorsque que l’ homme, manipule à sa guise ces images, les commentaires qui l’accompagnent, ou bien encore la fréquence à laquelle ils seront diffusés (par exemple, comme dit plus haut) au détriment d’une éventuelle « bonne » nouvelle majeure.

C’est une sorte de basculement de la réalité au virtuel. En soi, cela n’a rien d’alarmant, l’info circule, et c’est tant mieux.

Mais comme rien n’est simple, la manière dont on utilise ces modes de diffusion peut en effet changer la donne. Et l’on est alors  en droit de se demander « comment garder un libre arbitre à cette vitesse? », à cette profusion.

Un scoop par ici, un scandale par là… Une guerre au Sud, une catastrophe au nord….Un attentat meurtrier, une prise d’otages… tout cela étant diffusé en boucle, usant sons, images, couleurs, utilisant nos émotions, notre perception subjective, jouant avec la corde sensible de la réalité et du virtuel, nous guidant vers un chemin, faisant le tour du monde, en toutes langues et à toutes heures. Une véritable globalisation mondiale de l’information. Vous ne me croyez pas? Essayer de faire un tour de toutes les grandes chaînes du monde, soit-disant référantes de l’infos, détentrices d’une quasi immunité « de paroles et de pensées », de plus en plus impossible à remettre en question. BBC, CNN, Al Jazzerra, BFM Tv, Euronews, etc., etc….

Et l’écran nous parle. L’écran de notre télé, l’écran de notre téléphone, l’écran de notre vie.

Entre nous, nous discutons, nous parlons, nous échangeons, nous débattons, de ce qui se passe ici ou là. Tout cela avec une sorte de vide qui nous entoure, car ce que pourquoi nous nous essoufflons aujourd’hui, sera cause perdue demain, car ce pourquoi nous nous révoltons aujourd’hui, sera obsolète demain.

On s’est insurgé contre la montée du FN fin des des années 80, nous avons pensé à la guerre en Irak pendant près de 2 ans, nous avons polémiquer sur les attentats du 11 septembre 2001, nous avons spéculé sur les agissements douteux de certains gouvernements. Et maintenant?

La montée du FN est toujours d’actualité, les attentats n’ont toujours pas vraiment trouver de raisons d’être, le doute plane toujours sur les agissements douteux de certains gouvernements…

Le cercle vicieux continu, enchaînant à une vitesse fulgurante de nouveaux drames, de nouvelles interprétations.

L’Homme du 21ème siècle est le premier de toute les générations précédentes à être connecté quasiment 24h/24 à l’actualité mondiale. A flirter dangereusement entre réalité et virtuel.

Nous devenons des acteurs-spectateurs, paralysé devant tant de données.

Quand est-il de notre esprit? de son bien-être? Car il faut reconnaître que le sentiment de noirceur et de fatalisme que nous transmet l’actualité quotidienne, procure une certaine sorte de stress, plus ou moins perceptible.

Née alors cette espèce de sentiment d’empathie qui peut parfois nous toucher lorsque l’on voit la souffrance des autres (prenons l’exemple récent de Fukushima), et qui, inversement peut se transformer en ressenti bizarre, sentiment complètement étranger, ayant du mal à saisir la distance réelle et concrète qui nous sépare de l’évènement en question (en reprenant l’exemple, nous avons tous été mis au courant qu’un certain nuage radioactif passerait sur nos têtes UN certain mercredi, et repartirait un jeudi. Incroyable non? L’exemple est d’autant plus frappant, que le nuage radioactif est totalement invisible à l’oeil nu).

Finalement l’usage de ces pratiques médiatiques est entrain de modeler notre façon de réceptionner les données, de les traiter, de les assimiler et de les transmettre. Le cerveau est ordinateur (même si c’est plutôt l’ordinateur qui est calqué sur le fonctionnement du cerveau humain) qui, à force de temps et de répétions, peut être paramétrer à son insu.

 

Ce regard que j’ai voulu porter sur ce phénomène de société est un simple constat personnel, qui me donne envie de conclure en vous demandant de réfléchir à votre propre perception de l’actualité, à votre implication, au recul que vous prenez ou pas sur les véracités qu’on vous propose.

Garder une part de « doute » est essentiel à notre équilibre et à notre liberté.
« Il n’y a que les fols certains et résolus », écrivait Montaigne (Essais, I, 26). C’est qu’en effet l’absence de doute, l’absence de questionnement reflète un mauvais usage de la raison. Ainsi, le dogmatique s’accroche à une vérité, mais renonce du coup à chercher plus loin. Mais ce doute ne doit pas être une simple étape provisoire (Descartes). Il ne doit pas non plus coïncider avec l’idée que rien ne peut être connu, qu’il n’y a pas de vérité, et qu’il ne vaut donc pas la peine de chercher. Au contraire de cette attitude paresseuse, le doute doit être un travail permanent de l’esprit pour ne pas se reposer sur des idées tenues pour acquises une fois pour toutes.  » Source  

La sorcière de Portobello – Paulo Coelho (extrait)

Commentaires » 0

Paulo Coelho avait déjà plus d’une fois retenu mon attention par ses oeuvres, comme « L’alchimiste », »Le démon et Mademoiseille Prym », et c’est au tour de « La sorcière de Potobello » de me redonner confiance et en espoir en le monde et les humains.

 

La sorcière de Portobello - Paulo Coelho (extrait) dans On refait le monde coelhoVoici donc un extrait choisi, que j’avais envie de partager…

« N’essaie pas de convaincre quiconque de quoi que ce soit. Quand tu ne sais pas, demande ou va te renseigner. Mais, à mesure que tu agis, sois comme un fleuve qui coule, silencieux, livré à une énergie supérieure. Crois- …

Crois que tu es capable.

Au début, tu seras perdue, tu manqueras d’assurance. Après, tu te diras que tout le monde pense être abusé. Il n’en est rien : tu sais, il te faut seulement être consciente. Tous les esprits de la planète se laissent facilement influencer et redoutent le pire, la maladie, l’invasion, l’agression, la mort : essaie de leur rendre la joie perdue.

Sois claire.

 

Reprogramme-toi à chaque moment de la journée avec des pensées qui te fassent progresser. Quand tu seras irritée, perdue, essaie de rire de toi-même. Ris haut, ris beaucoup de cette femme qui s’inquiète, s’angoisse, croyant que ses problèmes sont les plus importants du monde. Ris de cette situation pathétique, car tu es la manifestation de la Mère, et tu crois encore que Dieu est homme, plein de règles. Au fond, la plupart de nos problèmes se résument à ceci : suivre des règles.

Concentre-toi.

Si tu ne trouve rien pour fixer ton interêt, concentre-toi sur ta respiration. C’est par là, par ton nez, qu’entre le fleuve de la lumière de la Mère. Ecoute les battements de ton coeur, suis les pensées que tu ne parviens pas à contrôler, contrôle l’envie de te lever immédiatement et de faire quelque chose d »utile ». Reste assise quelques minutes par jour sans rien faire, profites-en autant que tu le peux.

….

Tu es ce que tu crois être.

Ne répète pas, comme ces gens qui croient à la « pensée positive », que tu es aimée, forte, ou capable. Tu n’as pas besoin de te dire cela, car tu le sais déjà. Et quand tu doutes-…-fais ce que j’ai suggéré. Plutôt de prouver que tu es meilleure que tu ne le penses, ris simplement.Ris de tes soucis, ris de tes insécurités. Vois avec humour tes angoisses. Au début, c’est difficile, mais peu à peu tu t’habitueras.

Maintenant, rentre et va à la rencontre de tous ces gens qui pensent que tu sais tout. Convaincs-toi qu’ils ont raison, parce que nous tous savons tout, il s’agit seulement d’y croire.

Crois. »

 

Extrait de « La sorcière de Portobello »!

 

Séance de relaxation

Commentaires » 0

Aujourd’hui je vous propose une petite séance de relaxation.

 

Séance de relaxation dans On refait le monde

 

emoticone Tout d’abord assurez-vous d’être dans un lieu qui permet à votre esprit de s’échapper facilement, dehors serait le mieux, avec quelques rayons de soleil si le temps est de la partie.

emoticone Ensuite  veillez à mettre une petite musique douce, style cubain, latino, world en général, ce qui vous donnera un petit sourire aux lèvres dès que la première note aura sonné.

emoticone Voilà, les premières conditions sont réunies, maintenant vous êtes tranquillement installés, détendus. Les yeux fermés commencez par vous imaginez dans un lieu que la musique vous inspire.  Personnellement, en général mon meilleur “voyage” commence comme ça:

Il est 18h/19h, c’est l’été, le soleil commence à se coucher. Une petite brise me caresse doucement le visage, j’entend la musique au loin, qui guide mes pensées.

Je me sens vraiment très bien. Tout autour de moi, la plage à perte de vue, des arbres, une douce ambiance de vacances, de joie, de liberté.

Maintenant, je peux m’imaginer ce que je veux dans ce cadre parfait pour ce moment de détente.

A vous de vous laisser aller, de vous faire plaisir, d’imaginer des choses positives et chaleureuses.

emoticone Petites astuces:

* N’ayez pas peur de vos fantasmes

* Prenez conscience du bien que cela vous procure

* Je conseille les idées les plus folles qui traîne dans les méandres de votre matière grise.

Bon voyage à tousemoticone

 dans Zigoma-tique

Dialogue de sourds!

Commentaires » 0

Dialogue de sourds

Dialogue de sourds! dans On refait le monde dialogue-de-sourd

« Discussion dans laquelle aucun des interlocuteurs ne tient compte de ce que dit l’autre .; Conversation qui, au bout d’un certain temps, se révèle impossible entre deux ou plusieurs personnes par refus mutuel d’écouter le point de vue de l’autre. On a beaucoup exagéré les contradictions qui nous divisent : en fait, nous parvenons à nous persuader les uns les autres et les discussions qui nous opposent entre spécialistes, pour être animées et parfois passionnées, n’ont rien d’un dialogue de sourds entre points de vue irréductibles
(Marrou, Connaiss. hist., 1954, p. 227) « 

 

 

 

Il était une fois l’histoire d’un dialogue de sourds.

Beaucoup de gens parlaient, palabraient, mais n’arrivaient jamais s’entendre, ni s’écouter d’ailleurs.

Les uns, les autres, se renvoyaient sans cesse la balle, participaient à des joutes verbales, mais tout cela sans réussir à avancer dans le bon sens.

Les compromis étaient quasiment impossibles à établir, chacun défendant son beef-steack et ne se remettant jamais en question.

Quand certains pensaient tout savoir, d’autres pensaient ne rien comprendre.

Aucun des groupes ne voulaient plier devant l’autre, chacun ayant trop d’égo et de fierté pour avouer la faiblesse de leur propos et de leurs idées.

Il continuèrent en vain de discuter, mais plus ils essayaient, moins l’issu du débat était visible.

Les uns reprochaient ceci, les autres cela.

Droite-gauche, haut-bas, pauvres-riches, élites-prolétaires, jeunes-vieux, le climat était emprunt d’une exaspération poussée à son paroxysme.

C’était peut-être leur seul point commun, l’exaspération.

Tout ce qu’ils arrivaient à faire était de guetter le moindre faux pas, la moindre erreur de syntaxe, les moindres détails accablants dans le but de prouver que les idées de l’autre étaient mauvaises, choquantes, désabusées, inacceptables.

Ils déblatéraient tellement, qu’il était devenu normal, voir banal qu’ils ne puissent plus ni s’entendre, ni s’écouter…

Des litres de salive, des kilomètres de lignes, des heures de médiatisation, voilà où était passée leur énergie.

Quand les uns scandaient « vous avez tort », les autres répliquaient « nous avons raison ».

Quand les uns se disaient choqués, les autres se sentaient outrés, et vice et versa.

Un match interminable, avec deux adversaires aussi tenaces l’un que l’autre.

L’affrontement s’essouflait parfois, laissant aux uns quelques mètres d’avance, et aux autres quelques wagons de retard et inversement.

Ce match n’a en fait jamais terminé, il est, et a toujours été d’actualité.

Voilà bien longtemps que les uns et les autres poursuivent ce dialogue de sourds.

Peut-être manquent-ils cruellement de silence? d’empathie? de bon sens…? Pour s’entendre, s’écouter et se comprendre.

Peut-être un jour comprendront-ils qu’il suffit juste de tendre de l’oreille… 

 

« Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre. »Bernard Werber

DANS MON MONDE…

Commentaires » 7

DANS MON MONDE... dans On refait le monde 1386bouteille%20mer%202

 

Dans  mon Monde, il se passe tellement de choses que j’ai décidé d’envoyer ce message dans les ondes des réseaux du net.

 

Avant on disait  » comme une bouteille à la mer », mais la Mer dans mon Monde elle devient tellement sale qu’on n’ose plus trop toucher ce qu’elle ramène sur nos plages. Alors Internet c’est bien, c’est hygiénique et lyophilisé, les gens aiment bien ça dans mon Monde.

 

 

Dans mon Monde, il y a des hommes et des femmes qui ont pour rôle suprême d’organiser et de gérer la vie des autres hommes et femmes.

Officiellement, tout cela est censé se passer à merveille, on a créé de beaux textes sur le papier comme « La déclaration des droits de l’homme et du citoyen » par exemple, avec pleins d’articles qui nous affirment que nous naîtrons tous libres et égaux devant la loi.

Mais officieusement, les gens qui profitent de cette place de rêve sont en fait les pires menteurs, filous, escrocs, profiteurs qui existent.

Et les autres ne se doutent de rien, ou s’en doutent mais ne disent rien.

 

Dans mon Monde, les présentateurs télé, les athlètes, les stars, ceux qui sont souvent des modèles pour nos enfants sont pour la plupart des consommateurs de drogues, comme la cocaïne. Oui la Cocaïne ils l’aiment bien cette petite plante transformée en poudre dans mon Monde.

Ils ont l’impression qu’en prenant quelques grammes, ils seront super-productifs, super-actifs, super-motivés,super-adulés!!!

 

Dans mon Monde, c’est très important de venir de quelque part, d’appartenir à un lieu géographique.

Et puis quand en grandissant on comprend d’où on vient, il arrive souvent que tous ceux qui ne sont pas comme nous, ne soient pas acceptés car ils viennent d’ailleurs!!!! Car dans mon Monde, chacun sa place, chacun son origine, chacun ses frontières!

 

Dans mon Monde, il faut aussi posséder beaucoup d’objets.

Souvent des objets qui ne servent à rien. Et plus c’est moche et plus ça ne sert à rien, et plus on prouve sa puissance aux yeux des autres. Alors on étale ces objets sans réel grand intérêt dans des galeries, dans des musées, des magasins ou ceux qui viennent les voir s’extasient devant tant de… de… de richesse voyons!

 

Dans mon Monde, il vaut souvent mieux être un homme qu’une femme. Quoique, c’est toujours mieux qu’il y a 100 ans…mais bon il y a des pays qui vivent encore selon des critères assez archaiques ou vice et versa…

 

Dans mon Monde, il faut avoir des idées.

Des idées, oui, mais pas trop. Ou des idées de sorties, shopping, cinéma, bowling, coiffeur, resto, destinations, bons plans…

Alors des idées oui!!! mais pas trop compliquées!!!

 

Dans mon Monde, il faut avoir de l’argent!

Car « si t’as pas de monnaie t’as rien. »

Mais bizarrement l’argent devient de plus en plus exclusivement virtuel.

Autant vous dire qu’il devient difficile d’en avoir!

 

Dans mon Monde,  il faut aller vite, être à la page. Il faut suivre l’actualité, rester connecté, s’insurger contre des images, contre des lois, contre des abus. Il faut aussi suivre ce qu’on appelle la Mode, au risque de devenir un has-been. Dans mon Monde tout va vite.

 

Dans mon Monde, il y a pleins d’Humains. Mais il y a encore et toujours la Nature, celle avec qui l’on doit s’accorder à vivre. Mais beaucoup d’humains de mon Monde n’en n’ont que faire de la Nature, elle est juste bonne à se plier à leurs désirs.

 

Dans mon Monde, il y a des petits, des gros, des grands, des beaux, des moches, des minces, des roux, des blonds, des noirs, des jaunes, des marrons, des sourds, des aveugles, des muets…

Mais dans mon Monde il y a des normes. Des normes qui nous rendent encore plus bêtes de jours en jours, car elles nous incitent à rejeter tout ce qu’elles n’ont pas décidé de garder comme critères de séléction!

 

Dans mon Monde, au même moment, il peut y avoir une guerre, un enterrement, un viol, une naissance, un suicide, un mariage, un accident, une joie, un moment de vide, un émerveillement, une déception,un étonnement, une révolte, une catastrophe, un miracle.

Dans mon Monde nous sommes 6 milliards à vivre tous indépandemment les uns des autres des émotions si différentes.

 

Dans mon Monde, il faut croire.

Croire en soi, croire en Dieu, croire aux extraterrestres, croire en sa famille, croire en son amour, croire en la société, croire en ses enfants, croire en la paix, croire au lendemain meilleur, croire les hommes qui décident, croire en la science, croire en la technologie, croire aux médias, croire en la chance…. Croire!

Dans mon Monde ne croire en rien, revient à ne pas exister.

 

Terre_34744 dans On refait le monde

 

Mon Monde s’appelle la « TERRE ».

Si un jour vous avez l’occasion de venir sur cette petite planète bleue, prenez garde…

Ses habitants peuvent se montrer tant hostiles qu’accueillants…

 

Mais n’oubliez pas, dans mon Monde il y a pleins de Mondes différents.

 

 

 

 

 

SCOOP : Un Nouveau parti politique est sur le point de voir le jour

Commentaires » 5

Gauche, droite…

Centre, extrêmes…

Vous aussi vous êtes fatigués de ces diagonales linéaires, de ces antipodes contradictoires et redondants…

Vous êtes au bon endroit alors… car dans quelques secondes vous allez assister à la naissance en directe d’un nouveau « parti » politique…

Comme tous les accouchements, celui-ci sera sans doute également douloureux, mais une fois le cap de la douleur passée, il ne restera que joie, bonheur, et euphorie !!!

 

De la nécessité d’un renouveau.

Rappelons-nous tout d’abord l’origine du mot « politique », lointaine transmission de nos ancêtres de l’antiquité, pour qui la politique était une science qui cherchait à imaginer le « régime » idéal.

Venant du grec Politikos, dérivé de polis, c’est à dire la cité, le peuple, dont personne ne peut être exclu, car nous faisons tous parti de la cité, la politique, les politiques et le politique ont sans cesse étaient étudiés, décortiqués, classés, afin d’en extraire chacune de ses facettes.

Seulement, depuis la certaine stabilité de nos récentes « républiques », la remise en question se fait de plus en plus rare, cette « chose » étant considérée comme acquise dans nos esprits.

Voilà pourquoi nos sociétés commencent à s’étouffer.

Historiquement parlant, nos grands mouvements politiques actuels, ne sont que de pâles copies de mouvements plus anciens, découlant pour la plus part de nos ancêtres du Siècle des Lumières.

Bonapartisme, libéraux, démocrates, républicains, radicaux, monarchistes, … voilà maintenant près de trois siècles que nos systèmes politiques tournent autour de ses noyaux durs.

Mais gardons à l’esprit que rien n’est acquis, et que penser le contraire ne serait que vulgaire prétention, prétention liée à notre orgueil d’Hommes.

Un nouveau siècle des Lumières devraient refaire son apparition, au risque de nous laisser nous intoxiquer par de vieilles idées incapables de s’adapter profondément à nos sociétés et modes de vie actuels.

 

Pourquoi nos systèmes actuels sont mauvais.

Effectivement, de quoi se plaint-on?

La critique est aisée, certes…

Mais, car il y a un « Mais », la critique est également nécessaire.

Qui peut le plus peut le moins, nous dit le dicton. 

Seulement, il va devenir insupportable, intolérable, et insoutenable de continuer à vivre comme nous le faisons, ou plus précisement comme on nous l’impose.

On sait que la démographie n’est pas prête de se stabiliser, que nous serons presque 10 milliards d’ici 50 ans.

Nous courrons joyeusement au casse-pipe, en nous contentant, nous Hommes des temps modernes, ou Hommes des temps présents, ou bien encore Hommes occidentaux, d’un confort matériel enjôleur et anéstésiant.

Notre monde est devenu « pratique ». Machines à laver, laves-vaisselle, laves-linge, télévisions, banques, réseaux sociaux, sèches-cheveux, mousses à raser, mouchoirs jetables, bouteilles en plastiques, supermarchés,…

Notre monde est fait de chose pratique, qui serait capable de joindre l’utile à l’agréable.

Agréable? Sans doute au premier abord, car avec du recul, cela devient tout sauf agréable : pollution, assistanat, dépendances, abus, exploitations, écarts de richesse,… 

Pas besoin de ressortir chiffres, statistiques et autres probabilités sur la puissance des Uns, et la dépendance des autres, cela ne serait que rajouter du blabla que chacun connait déjà en son fort intérieur, dans sa conscience et son coeur.

 

Une naissance en directe.

Un nouveau parti politique, collectif et juste serait une aubaine.

Toutes nos conversations en reviennent toujours au-même, « que faire? »

Partant du principe que chaque minutes qui passent peuvent nous servir à changer notre destin, voilà une opportunité de commencer à se réveiller.

Pousser, pousser…

Encore, encore,..

plus fort…

Je le vois, il arrive…

Encore un petit effort…

Vous y êtes presque…

Le voilà, il pointe le bout de son nez…

Si petit, si fragile, il a besoin d’amour, il a besoin qu’on s’occupe de lui…

Le voilà, notre enfant collectif…

Le parti d’à côté, le parti d’ailleurs…

Ni de gauche, de droite, ni vert, ni rouge,ni bleu, ni rose,…

Tel un nouveau né, il lui reste tout à apprendre, à découvrir, mais déjà l’on sent que sa présence nous rassure.

Dans ses grandes lignes, voilà ce qu’il propose:

– Redéfinir les programmes de l’éducation destinée aux enfants

– Donner une chance à chacun de s’immiscer dans la Vie Politique sans avoir fait de grandes écoles

– Rendre les personnes responsables et actrices de leur vie

– Conserver un système monétaire, mais avec des disparités beaucoup moins vastes, injustes et abéhrantes

– Cesser de consommer viandes, fruits et légumes, eau, … de manières frénétiques, choquantes et abusives

– Redonner un sens au mot « humanité », pour faire en sorte que même si l’on ne s’apprécie on puisse se respecter.

 

Non ce n’est pas du communisme, non ce n’est pas de l’utopie ou de l’idéalisme, non ce n’est pas de l’extrêmisme ou du délire, c’est quelque chose qui va devenir nécessaire, sans quoi, la soupape de sécurité va devenir un vrai danger pour l’Humanité.

Vous aimez vos enfants, vos parents, vos frères, vos soeurs, votre compagnon de vie, votre Dieu, vos animaux, votre Terre, vous-mêmes ou des stars et des idoles…

Alors bienvenue dans la Vie, qui n’attend plus que vous, qui a besoin de vous!

Toutes idées apportées, proposées, qu’elles soient loufoques, réalistes, créatrices, … seront une brique en plus à la réalisation et la concrétisation de notre bien-être universel.

Et avant de critiquer, donner une idée, ça sera plus constructif!!!!

Les Joies du 21 ème Siècle!

Commentaires » 1

Les Joies du 21 ème Siècle! dans On refait le monde moz-screenshot-4moz-screenshot-5 dans On refait le monde2542718_1350

 

Spirituel ou pas, le 21 éme Siècle est plein de Monts et Merveilles.

 

 

Petit apparté sur ce siècle que nous sommes entrain de traverser.

Ah le 21 ème Siècle…

Evidemment assez loin des clichés des films de Science-fiction des années 70, avec voitures volantes, mobilier kitsh, et homme de l’espace intergalactique, le 21 ème Siècle nous offre son lot de progrès.

De plus en plus engagé contre le phénomène du LUXE à outrance, je me suis rendue compte que souvent les gens réagissent négativement à cette idée.

La raison en est assez simple finalement.

J’ai l’impression, que la lutte contre la Richesse abusive, est synonyme de retour en arrière.

Mais non. Ce qui est acquis est acquis. Il suffit juste de retrouver un juste milieu.

De plus, j’ai trouvé un argument qui me semble tenir la route…C’est pourquoi j’ai décidé d’en faire part.

Ce que je veux essayer d’expliquer le plus clairement possible, est la contradiction qu’apporte le rayonnement de la Richesse.

Revenons 1000 ans en arrière.

Celui qui était pauvre n’avait pas l’électricité, mais le riche non plus.

Celui qui était pauvre n’avait pas l’eau courante, mais le riche non plus.

Celui qui était pauvre n’avaient pas de grandes espérances de guérir s’il était malade, mais le riche non plus.

Cherchez l’erreur?

Au 21 ème siècle, ceux qui sont pauvres n’ont pas accès au minimum décent, mais les Riches Oui! Evidemment je parle du minimum décent, car bien sûr je ne nie pas que le progrès c’est tout de même développé au niveau des classes moyennes des pays occidentaux.

Bref, finalement, même le progrès n’appartient vraiment qu’à ceux qui ont les moyens.

La chirurgie esthétique par exemple. Saviez-vous que quelques 600 000 français se sont fait opérer l’année dernière?

Et voilà, avec l’argent on peut se payer une nouvelle gueule, histoire de mieux s’intégrer dans la société (qu’y disent)!!!

Mais avant, t’avais une sale gueule et tu la gardais, pas de chichis, pas de caprices!!! Pas de dollars pour raboter tout ça!!!

Alors Avancées sociales? Oui, mais pas pour tout le Monde.

Alors à tous ceux qui ont peur d’un retour en arrière… au cas où…

Ne vous inquiétez pas, on a pas vraiment avancé!

Et tant qu’on continuera comme ça, on avancera plus du tout….

L’Humanité pète les plombs!!!

Commentaires » 3

Que tout soit bien clair… avant de commencer…

L’argent n’est pas un mal en soi

La richesse apporte une qualité de vie

Le confort se paie

Le pouvoir et l’argent vont de pair

Pour qu’il y ait des riches, il faut des pauvres

Dans ce monde tout s’achète…

 

 

J’en peux plus…

28 ans d’existence sur cette terre, et encore bienheureuse, je suis ne suis pas née dans une caste indienne, ou dans une campagne chinoise, ou sur les terres d’un bidonville sud-américain…

 Seulement, je n’en peux plus!

J’en peux plus de voir, de savoir que je vis dans un monde pareil!!!!

A l’heure où les signes religieux sèment la zizanie à travers le globe, les signes de richesse, eux par contre sont synonymes de réussite et de pouvoir, de domination et de puissance…et ne se remettent même plus en cause.

C’est vrai que c’est BEAU!!! toutes ces paillettes, ces strasses, ces villas de rêves, ces diners somptueux, ces magasines people qui relatent la vie extraordinaire des stars extraordinaires, ces robes Dior, ces costumes sur mesures, ces chaussures en croco, ces manteaux en fourrures… Oui c’est Bôôôô…

Ces femmes parfaites, ces hommes intelligents, ces enfants modèles, ces familles qui rayonnent, ces entreprises cotées, ces yachts, ces soirées champagne, ces destins de rêve!!!!

D’apparence seulement, car tout le monde sait maintenant que derrière tout ce luxe se cache une exploitation humaine, grandeur nature.

Tout travail mérite salaire, c’est bien ça l’expression…

Tout dépend alors pour qui vous travaillez, et tout dépend surtout de Qui Vous êtes… nous ne sommes pas tous nés sous la même étoile.

Le monde est devenu IRRESPONSABLE.

L’humanité trouve son existence actuelle à travers cette richesse, cette honte qui nous nourris (pourris) tous.

Il y a ceux qui apprennent à se contenter de rien ,

et ceux qui n’apprennent jamais à se contenter de peu.

 

 

 

 

Sous prétexte du lobby financier, de l’économie et de la finance, nos détracteurs qui font tourner le monde, on consomme des produits inutiles et surtout résultant d’un mauvais traitement envers les êtres humains.

Les mines de diamants en Afrique du Sud (1/4 des ressources planétaires). Prix d’un diamant, 11 925 euro. Voir ici

Soit les salaires de plusieurs employés sur une année entière…

Au moins six pays africains sont fournisseurs de Diamants, mais qu’est-ce que cela leur rapportent? Voir la liste

 Les grands groupes comme Beers volent leurs efforts de travail, leur dignité, exploitent ces personnes pour revendre des produits à l‘UNITE, à ceux qui détiennent des richesses personnelles aussi conséquente que le PIB de ces mêmes pays.

Pourquoi les pays les plus pauvres produisent-ils la majorité des richesses destinés au plus riches?

 

 

Sous prétexte du lobby technologique, informatique, des milliers de mains se  retrouvent enfermés dans des usines sans âmes et sans coeurs pour construire jours après jours nos outils de travail… ordinateurs, téléphones, écrans,Clés USB, composants électroniques et autres gadgets en tout genre…

Ici on se géolocalise sur l’Asie tout entière…

 

 Sous prétexte du lobby de la globalisation, du produit exotique, comme le café, le cacao, la canne à sucre, on exploite encore et encore des générations d’ouvriers agricoles, avec une majorité tournée vers les pays d’Amérique du Sud.

 

 

 

 

 

 Sous prétexte du lobby sexuel, de la libéralisation sexuelle, on exploite des femmes, des filles et même des enfants du Monde Entier, Pays de l’Est, Russie, Asie, Afrique,…………..

 

 

Sous prétexte du lobby de la mode, du paraitre, de l’apparence, de l’image,de la Jet Set, on exploite encore des populations entières, qui ne seront jamais payé à leur juste valeur…

 On tue des animaux pour assouvir les envies de ces Dames, pour donner du prestige aux « pieds » de ces Messieurs hommes d’affaires, stars capricieuses et exigeantes ou autres fashionistas luxueux.

 

 

 

 

Sous prétexte du lobby politique, de la Démocratie, de la Constitution de tel ou  tel pays, on se contente de pouvoir voter, pour des hommes déconnectés de la Vie de leurs citoyens. On écoute des mensonges et des promesses, des décisions de justice qui passent sous silence, des trafics d’influences, des dominations par les armes et les armées.

 

 

Sous prétexte du lobby sécuritaire, on accepte de se faire filmer plus ou moins à  notre insu, d’être fiché, écouté, suivi, décortiqué, d’avoir des budgets abyssaux en matière de Sécurité défense, de domination de l’espace aérien et spatial, d’équiper les forces de l’ordre d’armes dangereuses même dans les polices de proximité, de se dénoncer entre voisins.

 

 

 Le pire dans tout ça, c’est que ce sont ces riches qui vendent du rêve, à  la télévison, dans les magasines, dans le star système, devant nos yeux ébahis, devant nos bouches bées.

 

Nous ingurgitons chaque jour ce mode de vie, car ceux qui dirigent le Monde vive dans le luxe.

Ils ne s’en cachent pas, en sont fiers, et répandent leur vision de la Vie dans nos esprits malléables, qui se contentent de ces idoles et se résignent à se dire que cet Eldorado, cette quête de « l’or », de la richesse, ne nous est peut-être pas inaccessible.

 

 

 Le rêve se vit alors au détour d’une galerie marchande, d’un Conforama ou d’un Ikéa, de fausses lunettes Gucci, d’un faux sac Luis Vuiton acheté au marché pour 10 euro, d’un bel écran plasma, des émissions de télé-réalité, du loto, ou d’un canapé.

 

 

 

Ce Monde est invivable, crée trop de disparités sociales, nous fait perdre la raison.

J’en peux plus de ces gens égoïstes et injustes, qui dominent le Monde selon leurs envies et leur bon plaisir.

 

 

Reste alors la question qui tue… que faire?

Le Boycott, la Révolution, Rien, …

 

 

Libre à vous d’apporter vos idées, si idées il y a …

 

Revue de Poisse!

Commentaires » 1

La poisse?

Et si c’était ça notre problème?

On a la poisse à l’échelle collective!

Parce que là quand même, c’est vrai que ces derniers mois, voire ces dernières années n’ont pas été folichonnes.

Alors que s’est-il passé déjà?

  • -des Tsunamis destructeurs
  • -des volcans cracheur de cendres,
  • -des terroristes fous furieux,
  • -des attentas très rythmés, des G20, des G8,
  • -des tremblements de terre,
  • -la crise économique,
  • -la pandémie universelle de la Grippe A (failli l’oublier celle-là),
  • -la récurrence du thème de l’immigration dans les médias,
  • -les scandales de l’Eglise catholique,
  • -la marée noire aux Etats-Unis,
  • -le très long repos du soleil,
  • -la tempête en France,
  • -la fonte accélérée de la banquise,
  • -la hausse du coût de la vie, ….

J’ai forcément dû en oublier…

Mais ne se passe-t-il pas un jour sans qu’un drame se produise?

Sans qu’une menace nous agresse?

Sans que la Terre ne se déchaine?

Peut-être que l’Humanité n’a pas de chance, elle a la poisse en ce moment, la grosse poisse.

je ne vous dis pas ça par hasard…

J’ai curieusement lu ceci aujourd’hui:

« On sait tous très bien qu’un excellent moyen pour supprimer la poisse est de liquider tous les chats noirs, de supprimer les échelles et les miroirs, et de multiplier les marins en uniforme dans les rues.
Mais d’où vient donc ce terme argotique ? »
SOURCE

Et là je me suis dit qu’on avait jamais autant utilisé d’échelles avec la multiplication des grands buildings dans les mégalopoles…

Qu’on avait aussi jamais autant utilisé de miroirs, c’est vrai non, si on rajoute les appareils photos, caméra, vitrines de magasins,…

Que les marins on ne les voient plus! Ou te caches-tu moussaillon?

Et pour les chats,…

Complètement supersticieuse cette idée!

La poisse, vient du mot « poix ».

La poix était un mélange visqueux destinés à être versés sur les attaquants d’un château. Quand on fabriquait de la poix, on poissait ( au XVI siecle).

Cette poix brûlante, collante, empêchait les attaquants de s’en débarasser.

Ils devaient donc subir les brûlures infligées.

Au sens figuré, cela représente donc la malchance de ne pas pouvoir se débarasser d’une poisse tenace!

Il y aurait des corrélations avec l’expression »avoir la guigne ».

 

Alors, l’Humanité a-t-elle la poisse?

Les Poupées Russes

Commentaires » 0

Les poupées russes, vous connaissez? Pas le film, non, les vraies poupées!

La première fois qu’on découvre une poupée russe, ou  matriochka, c’est toujours une expérience curieuse.

On ouvre la poupée, et là, surprise, encore une autre! Et ainsi de suite, jusqu’à trouver la petite mignonne.

Toute petite comparée à la poupée du départ.

Mais dans tous les cas, on ne s’arrête pas tant qu’on a pas découvert la fameuse petite mignonne.

Les Hommes sont un peu comme ces poupées russes.

Comme si nous nous regardions d’en haut avec une loupe.

Disons que la poupée du départ serait l’Humanité toute entière.

Puis la seconde poupée serait l’humanité repartie en différents peuples.

La troisième serait l’humanité éparpillée sur différents pays.

La quatrième serait l’humanité  présente dans différentes régions.

La cinquième serait l’humanité dispachée dans différentes villes.

La sixième serait perdue parmis différentes campagnes.

La septième serait l’humanité présente dans chaque maison.

La huitième serait l’humanité représentée dans différentes familles.

Enfin la neuvième, la petite mignonne serait l’humanité diversifiée par chaque être humain unique.

Humanité, peuples, habitants, voisins,connaissances, amis,famille,pour arriver à chaque fois , à un être unique.

La Terre est peut-être aussi la petite mignionne d’une autre poupée russe, comme le système solaire, les galaxies, l’Univers.

Ah l’Univers… rien que ce mot me fait rêver.

Encore plus puissant que le mot « Liberté ».

Ce grand vide qui nous entoure… représenté en théorie, toujours, ou grâce à l’imaginaire.

Religion, Sciences, Mathématique, Philosophie, rien n’y fait.

Depuis que l’Homme cherche pourquoi il est sur Terre, pourquoi il existe, il n’a toujours pas trouvé.

Pourtant d’ordinaire, rien ne résiste à l’homme. La terre, les airs, le feu, l’eau, les éléments naturels ont été amadoués, mais le pourquoi du comment, c’est le vide total.

Aussi vide que l’espace au final.

Peut-être n’y a t-il aucune Vérité à comprendre.

Peut-être devrions-nous nous contenter de vivre ensemble sans nous monter les uns contre les autres, étant donné qu’il n’y aurait rien à prouver, rien à justifier.

L’Humanité elle-même étant une sorte de Poupée russe, cherche inlassablement à trouver sa poupée d’origine, celle dans laquelle elle se croit enfermée.

123