"La vie est un voyage! Avec ou sans bagages, seul ou à plusieurs, aventurier ou pas, nous sommes tous des voyageurs du temps!"

Sarkozy : On n’oubliera pas… ton bilan de président!

Je partage un passage de l’article « Sarkozy, le scandale Facebook«   de Marteljea sur Médiapart.

 N’oublions jamais : » Lire la suite

19 février, 2012 à 16:24 | Commentaires (0) | Permalien


Page Facebook pour 5ème Vitesse : Vivre avec son temps !

Et voilà, toute belle, toute neuve, toute fraîche, une page facebook pour 5 ème Vitesse!

Pour plus de visibilité sur les articles que je publie!

A bientôt j’espère!

13 février, 2012 à 19:33 | Commentaires (0) | Permalien


Quand Stéphane Hessel demande à Mélenchon de ne pas se présenter aux élections présidentielles de 2012

Quand Stéphane Hessel demande à Mélenchon de ne pas se présenter aux élections présidentielles de 2012 dans Ac -tue- alité à chaud hessel604jpg7648-0b365-9bcac

Stéphane Hessel , via une interview d’I-Télé de l’émission Secrets de campagne du 20 janvier 2012 (à partir de 4’36), appelle Jean-Luc Mélenchon à ne pas se présenter, à renoncer aux élections présidentielles de 2012.

Stéphane Hessel semblerait donc être partisan du vote dit « utile ».

« Ralliez-vous à la gauche majoritaire de François Hollande » lui dit-il, car « vous pouvez être un objet de dissension« .

Et bien, pour quelqu’un qui a vendu plus de 4,5 millions d’exemplaires de son ouvrage « Indignez-vous », on est en droit de se demander où est passée l’ »indignation » tant désirée du peuple.

Peut-on dire qu’un peuple, qui plus est dans une démocratie, vote « utile », est un peuple qui s’indigne?

On peut même se demander si ce peuple est toujours libre de voter selon ses propres convictions personnelles?

Nous ne devrions même pas parler de « vote utile » en démocratie. Qu’est-ce que c’est qu’un vote utile d’abord?

Un vote qui servirait à un candidat moins pire qu’un autre? Voilà un beau principe de démocratie.

Dans le principe c’est vrai qu’on préférais sûrement pour une majorité ne pas revoir Sarkozy, et surtout ne pas avoir Le Pen au second… mais …

Mais …L’existence même de la démocratie est remise en cause avec cette notion du « vote utile ». Le suffrage universel, rappelons le, est le principe d’expression de la volonté populaire, c’est le vote de l’ensemble des citoyens. Il fonde la souveraineté du peuple dans un régime démocratique.

Vote utile et souveraineté du peuple ne font pas bon ménage, ils ne sont pas compatibles.

Et puis peut-on encore parler de parti de « gauche » pour le parti socialiste?

François Hollande n’a de gauche que sa démarche politique. On sait qu’il passe son enfance à Bois-Guillaume, ville résidentielle sur les hauteurs de Rouen, où il est élève au pensionnat Jean-Baptiste-de-La-Salle de Rouen. Au premier trimestre 1968, son père, mal vu du fait de sa proximité avec Jean-Louis Tixier-Vignancour et l’OAS4, vend sa clinique, ses appartements du Clos du Hamel, la maison de Bois-Guillaume et déménage avec sa famille à Neuilly-sur-Seine, où il se lance dans l’immobilier.

C’est vrai que partant de là, François Hollande est plus propice à être gauche caviar que gauche populaire.

Se souvient-on également qu’en 2007,  Le Canard enchaîné avait révélé que Ségolène Royal aurait « négligé d’évoquer deux biens supplémentaires qui venaient gonfler le patrimoine soumis à l’ISF de son foyer fiscal : des parts dans deux appartements situés à Cannes et propriété de la famille Hollande ».

Bref, de gauche, de gauche, c’est vite dit !

Alors pour ne pas faire passer la droite, on élirait un homme, non pas pour son charisme, ses idées, ses convictions, mais pour faire « barrage »?

Voilà une belle opportunité à saisir!  Qui ne rêverait pas d’être LE président des français par « utilité publique » ? Même pas besoin de faire campagne en fait, un simple statut, une simple appartenance au PS et c’est bon, c’est tout cuit, les doigts dans les poches et les mains dans le nez ? Hollande doit se dire en ce moment qu’il a de la chance d’être au PS, quasi 30% de votes assurés dans les sondages juste par appartenance à une famille politique…

N’oublions pas les fondements de la constitution, le premier tour est fait pour que chacun puisse s’exprimer librement.

Si nous votons utile aujourd’hui, qu’est-ce que ce sera la prochaine fois? Le vote « forcé », le vote « qui rend service », le vote « opportun », le vote « profitable »?

On peut crier, s’indigner de la misère du monde et des pouvoirs des dictatures reconnues en place, au moins elles ont « le méritent » de porter leur nom sans mauvais jeux de mots.

Et au risque de vous choquer,  une démocratie qui préconise le vote « utile », est-ce encore une « réelle démocratie maintenant » ?

21 janvier, 2012 à 4:18 | Commentaires (2) | Permalien


Le répugnant baromètre de l’économie

Le répugnant baromètre de l'économie dans Poli-tique loi-de-modernisation-de-l-economie-les-grandes-reformes-du-moment-id242

L’économie, qui sans les humains n’existerait pas, est pourtant devenue bien plus importante que le devenir des personnes, que la Vie même.

Cette « météo » quotidienne de la finance, de la crise, des dettes, des plans de rigueur, d’austérité, commence sérieusement à me dégouter, me répugner, me révolter, me déshumaniser…

Tous ces pouvoirs d’achat, ces restrictions budgétaires, ces faillites, ces actionnaires, ces bénéfices, ces pertes, ces courbes, ces valeurs, ces chiffres, cette frénésie quotidienne, ce bal permanent ou valse une ribambelle de schémas, de graphiques, d’équations…

Une véritable météo, des marchés frileux  à la fièvre des achats … le thermomètre observé attentivement, attendu comme la promulgation d’un oracle quotidien… déterminant le moral des acheteurs, des états, des gens. Braves gens…

Mais en soi, n’est-ce pas là, quelque chose de tout à fait idiot?

Quant on y pense? Non? Vous ne trouvez pas ça, comment dire, sans réel sens?

Ne vous demandez-vous jamais, « mais après tout c’est quoi le sens de la vie »? Une vie, une seule, sur Terre, à un moment donné, précis, pour ça?

Cette aliénation au travail, au profit, à la concurrence, à l’exploitation?

Sommes-nous entrain de donner un sens sans but à l’histoire de l’humanité, comme Nietzsche l’a si bien décrit avec l’avènement du Surhomme?

L’économie est devenu le sang dans nos veines, l’air que l’on respire, l’eau que l’on boit.

De la feuille de papier toilette, au diamant d’Afrique du Sud, des légumes aux composants électronique, de la réussite à la ruine, qu’est-ce que l’économie n’a pas pollué? L’eau est polluée, l’air est pollué, la nourriture aussi, l’amour est pollué, nos esprits sont pollués…

Tous s’achète, tous se paye. L’argent c’est du temps, et le temps c’est de l’argent.

Et pourtant…

Notre asservissement, notre dépendance sont extrêmes. Et o combien il nous est difficile de s’imaginer un autre système garant de notre confort, de notre sécurité physique et matériel?

S’imaginer un autre système revient quasiment à s’imaginer l’étendu de l’univers, c’est réel et irréel en même temps, impalpable.

N’est-il pas totalement mesquin de pleurer sur la perte de cette chose que l’on nomme « triple A », cet sorte d’ethnocentrisme économico-médiatique? Serions-nous tous des aveugles? Serions-nous tous à ce point nombrilistes et égoïstes?

Mon économie va bien, ouf, ça veut dire que mon pays va bien, donc ma situation, je n’ai plus qu’à dormir sur mes deux oreilles… les autres après tout, c’est leur problème, c’est leur pays, ce sont leurs oreilles…

Qu’attendons-nous pour arrêter ce massacre, cette folie?

Nous ressemblons à des pies, sautant sur tout ce qui brille. Tout ce fast, cette abondance, cette notoriété à atteindre.

Nous devrions ne pas accepter tout ça tant que la misère ne sera pas éradiquée.

Dans un sens le monde tourne à l’envers oui. Les Hommes ont eu la possibilité de se protéger de la nature alors qu’elle a  été son premier prédateur. Et maintenant qu’ils arrivent se protéger de la nature et presque même la dominer, ils ont fait apparaître un prédateur tout aussi puissant que les catastrophes naturelles, l’économie.

La nature a fait peur à l’homme avec ses orages, ses tempêtes, ses séismes, ses éclairs, … et maintenant c’est l’économie qui nous fait peur avec ses hauts, ses bas, ses valeurs négatives, positives.

Va t-on devoir réinventer des sortes de girouettes spéciale économie, pour prévoir longtemps à l’avance d’où viennent les nuages, les vents et autre tsunamis financiers?

Fera t-on évacué des pays, protégera-t-on les populations contre les dégâts immatériels de l’économie?

Y aura-t-il un « déluge économique »?

A toutes ces questions je n’ai pas de réponses, tout ce que je sais, c’est que je ne veux pas finir déshumaniser, je ne veux pas être un chiffre parmi des chiffres.

L’espèce humaine a une chance incroyable d’être ce qu’elle est, mais elle ne s’en rend pas vraiment compte, et ne sait toujours pas s’en servir correctement.

J’espère qu’un jour l’économie ne sera plus notre pain quotidien…

 

 

20 janvier, 2012 à 20:57 | Commentaires (1) | Permalien


Si on parlait de vous : la parole à … Cinquiemevitesse

Tiens, et si je répondais à mon « Et si on parlait de vous ? »

A la Gainsbourg/Gainsbar…

Ou juste à la 5ème Vitesse?

Allez, chiche…

 

Bonjour Cinquiemevitesse,

Merci pour être venu participer aux  interviews citoyennes. Connaissiez-vous déjà le blog?

Ma foi, ça oui que je l’connais ce blog…

Je me rappelle, je l’ai crée en décembre 2007.

L’idée s’était avant tout d’exprimer des idées, des rêves, des envies de vie meilleure, des questionnements sur la vie, les humains, …

Un bon moyen pour exprimer des débordements de philanthropie excessive, d’utopisme, d’espoirs, d’incompréhension sur la nature humaine, …

Puis je me suis prise au jeu de l’actualité et des médias. J’ai commencé à faire pas mal d’articles d’actu, surtout politique.

En fait cet espace c’est un peu une part de moi… J’y ai posté aussi pas mal de textes, de poèmes, de nouvelles,…

Des mots, des mots, encore des mots, oui, ce blog reflète ma passion de l’écriture et mon leitmotiv quotidien, la réflexion!

» Lire la suite

20 janvier, 2012 à 19:06 | Commentaires (2) | Permalien


Le rêve américain? Un vrai cauchemar

Voici un film d’animation très intéressant sur l’économie et l’état actuel des choses!

Pourquoi le rêve américain est-il devenu un cauchemar ?

Quelques explications ici…

Première partie

Image de prévisualisation YouTube

 

Seconde partie

Image de prévisualisation YouTube
19 décembre, 2011 à 20:28 | Commentaires (0) | Permalien


Fukushima, nouvelle fuite d’eau radioactive! Passez passez, tout va bien, aucun problème!

Un jour, oui, un jour, il sera trop tard pour pleurer.

Fukushima, nouvelle fuite d'eau radioactive! Passez passez, tout va bien, aucun problème! dans Ac -tue- alité à chaud 103753_une-proche-de-victimes-du-tsunami-se-recueille-a-minamisoma-pres-de-fukushima-le-2-mai-2011

Un jour, oui, un jour, il sera trop tard pour reculer.

Les actualités désastreuses en provenance deFukushima se retrouvent perdues parmi les innombrables articles concernant la CRISE, la DETTE, l’effondrement de l’ÉCONOMIE, les GUERRES et autres RÉVOLUTIONS, l’imposant binôme SARKOZY-MERKEL, l’avenir de l’EURO…

 

Bref, pendant que les gouvernements du monde s’embourbent dans la finance, que tout ce qu’il reste à sauver est notre SYSTÈME FINANCIER, ce système si parfait, si juste, si égalitaire, si équitable, les conséquences du tsunami de mars 2011 sur la centrale de Fukushima se poursuivent.

En effet, on apprend aujourd’hui, qu’une nouvelle fuite d’eau radioactive est en train de déverser dans la mer.

Bonne nouvelle non ?

Oui, je suis ironique !

Non, on ne nous prend pas pour des cons, car nous le sommes bel et bien, complètement cons, aveugles et stupides !

L’usage des mots est un art, et voilà que l’art est en pleine action.

Que je m’explique, reprenons quelques phrases des quotidiens concernant cette « nouvelle » fuite d’eau. » Lire la suite

5 décembre, 2011 à 20:01 | Commentaires (2) | Permalien


Psychologues du travail de Pôle Emploi : Dénonciation des abus

Psychologues du travail de Pôle Emploi : Dénonciation des abus  dans Cri-tique 2633652018_1Les psychologues du travail de Pôle Emploi sont-ils totalement objectifs?
Peut-être certains, mais pas celui que j’ai rencontré pour mon projet de formation.

Tout d’abord, j’ai réussi les fameux tests psychotechniques et les tests d’anglais.
Bon d’accord, je n’ai pas « pété » les scores, mais je les ai quand même eu.D’ailleurs je tenais à signaler que les tests psychotechniques que j’ai passé dataient de 1985, ceux d’anglais 1995, et les tests de personnalité 1975…

 

Bref…

Possédant un master en histoire, ce psychologue m’avoue sa déception quant à mes résultats.
Il considère aussi que ma synthèse n’est pas vraiment une synthèse, et n’a même lu mes enquêtes métier (vous comprenez j’ai beaucoup de travail)!
Premier signe de subjectivité.

Ensuite, il me fait remarquer que mes résultats en maths et en logiques sont médiocres.
Merci je savais déjà que les maths s’étaient pas mon truc.
Et puis franchement, je pense que ne pas savoir résoudre d’équation avec des inconnus x et y, n’entachera pas le travail que je devrais fournir (formation dans le tourisme).
Quant à la logique, et bien, sur 7 milliards d’êtres humains, je pense que ce n’est pas non plus le plus important…
Deuxième signe de subjectivité

Étant en situation d’échec depuis déjà 6 mois, je lui fais part de mon énorme motivation pour passer cette formation, le but étant de ressortir avec des acquis et d’être opérationnel.
A ce moment là, de toute façon, j’avais déjà compris que sa réponse était déjà choisie depuis bien longtemps.
Et là, je craque, je me mets à pleurer ! Pleurer pour qu’on me donne une chance!
Le psychologue trouve que mon comportement est dénué de sensiblerie, en contradiction avec mes tests de personnalité qui me révèle « dominatrice ».
Il me demande si j’ai eu dans le passé des problèmes d’agressivité dans mes emplois.
Question complètement décalée, ne tenant pas du tout compte de ma détresse sociale, et puis non, je n’ai jamais agressé personne!Pour un psychologue ne pas prendre en compte l’aspect psychologique justement, c’est totalement hallucinant!Troisième signe de subjectivité.

Il finit par me proposer une solution « alternative », c’est à dire faire une pré-formation avec immersion en entreprise de 15 jours, avant de décréter si oui ou non, je suis apte à entrer en formation.
Et là, dernier manque de total objectivité.
Il se trouve que je n’ai pas entendu, pas compris, ce qu’elle venait de dire.
Alors au lieu de me le répéter, il me dit que je dois avoir des problèmes de surdidité, que je devrais consulter, car cela peut entâcher mes relations avec les autres!
Manque de pot pour lui, j’ai passé un bilan de santé justement cette année, et il semblerait que j’entends parfaitement bien.

Alors, lorsqu’il m’a demandé si je savais me remettre en cause, et bien j’ai comme envie de lui retourner la question.

Non mais c’est quoi ces psychologues qui n’ont aucune objectivité?
Il ne m’a pas jugé sur mes capacités professionnels, mais sur ma personnalité qui apparemment ne lui revenait pas!
Et dire à quelqu’un ce qu’il a osé dire à la fin de l’entretien, c’est tout simplement anti-professionnel.

J’ai donc couru à mon agence Pôle Emploi, et là bien sur impossible de rencontrer mon conseiller attitré sans le rendez-vous obligatoire.
Je rencontre donc une autre personne, lui relate les faits.
On me conseille de passer directement par l’AFPA, et me soutient quand je lui dis que je veux écrire au directeur de Pôle Emploi.

La conclusion dans cette histoire, c’est que quand on a envie de s’en sortir, qu’on est motivé pour apprendre un nouveau métier parce que notre vie tourne en rond et n’a pas d’issu, et bien, à cause de la simple subjectivité d’un agent, on passe à côté d’une reconversion qui pourrait s’avérer bénéfique.

Cette personne était tout sauf psychologue!
S’il vous est arrivé des histoires similaires, n’hésitez pas à en faire part!
A bon entendeur…

18 novembre, 2011 à 12:21 | Commentaires (0) | Permalien


Les gens, les autres et moi…

Les gens, les autres et moi...  dans Lit et ratures dessins-des-gens-assis-corrige1

Les gens, les gens, ben oui, les autres quoi!

Tous ces tarés de gens…

Moi? Moi c’est pas pareil!

Ben oui, moi, ben c’est moi!

C’est comme mes amis, ma famille, mais les gens, tous des abrutis.

Les gens qui vont bosser, ceux qui vont au supermarché, les gens qui manifestent, ces cons qui veulent pas travailler.

Les gens dans les embouteillages qui perdent leur temps enfermés dans leur boîte à savon.

Les gens…

Ils parlent, ils parlent, mais ne font pas grand chose…

Moi? Non, moi je ne suis pas « un gens », moi, ben j’suis comme mes amis et ma famille.

J’suis normal, quoi!

Les gens, ceux qui marchent dans les rues des centres villes de Zara à H et M…

Les gens, ces cons qui restent scotchés à leur télé, ces débiles.

Les gens, ils croient tout ce qu’on leur dit, ou pas!

Soit ils disent rien, soit ils font chier les autres.

Les gens, c’est la plaie de l’humanité. Je les supporte pas!

Les gens, les gens, les gens…

Les gens d’armes, les gentils,…

Moi? Non, moi j’suis pas « un gens », moi j’suis meilleur, commes mes amis et ma famille.

Quand je parle des gens avec eux, on est toujours d’accord, les gens, ben ils nous fatiguent, ils nous emmerdent, ils nous dérangent, ils nous font chier quoi !!!

Des fois, j’parle des gens avec des gens que j’connais pas, et on tombe toujours d’accord, les gens sont vraiment… ah j’me retiens sinon j’vais être grossier!

Les gens c’est la jungle!

Les gens, légende urbaine ou rurale.

Les gens, j’les déteste comme j’les aime. Ouai ça dépend, surtout de mon humeur à vrai dire!

Les gens! Avec mes amis ont dit souvent ben, qu’ils font n’importe quoi…

Qu’ils sont bizarres…

C’est vrai après tout, qui sont les gens?

Ben j’sais pas moi! Les autres non? Les autres êtres humains qui nous entourrent, moi, mes amis et ma famille.

Enfin humain, c’est à se demander, non?

Les gens, les gens! J’entends qu’eux, j’vois qu’eux, à la télé, dans la rue, dans ma voiture!

Peuvent pas nous foutre la paix les gens?

Ah j’allais oublier, les gens de « bonne famille », alors ceux-là, ce sont les pires!

Des gens qui font des lois et qui se la pètent en dirigeant un pays, non mais sans rire, on va où là?

Les gens ils sont trop forts, ils sont partout tout le temps, ils font tous des trucs: les gens riches, les gens intelligents, les gens biens, les gens des villes, des campagnes, les gens du gouvernement, les gens qui souffrent, les gens qui rient, les gens…

Moi? Comment ça moi aussi je fais parti des gens? Ca va pas non?

Si je me suis déjà demandé si moi, mes amis et ma famille, on faisait aussi parti des gens?

Que les autres, ceux qui parlent aussi des gens, nous prendraient donc aussi pour des gens?

Euh…?

Ca voudrait dire que moi, mes amis, ma famille, on serait pour d’autres des cons, comme les autres le sont pour nous?

Non! Les gens sont bêtes vous savez!

Et puis moi, j’vous le répète, moi, mes amis et ma famille, on ne fait pas parti « des gens », on est différents!

 

10 novembre, 2011 à 18:13 | Commentaires (3) | Permalien


Internet pour la pensée unique, c’est MAGIQUE!

Internet pour la pensée unique, c'est MAGIQUE! dans Sauce et thé internet

Ah… Internet, le Net, le Web, la Toile,… Cette géniale invention qui relie l’humanité en temps réel!

Découvertes, informations, distractions, divertissements, Internet c’est « l’OUTIL » du 21ème siècle, du troisième millénaire!

Rapidement et sûrement, Internet a pris une place considérable dans nos vies. Payer ses factures, consulter son compte bancaire, faire ses courses, trouver des occasions, trouver des photos, dialoguer avec ses amis, faire des rencontres, … bref, la liste est longue et je pense que vous savez de quoi il en ressort, que vous connaissez actuellement toutes les possibilités que nous offre ce SUPER média universel!!!

Mais bon, Internet ne mérite pas tant d’éloges, après tout, comme chaque chose qui existe dans ce bas monde, il a ses qualités et ses défauts.

Deux défauts qui sont pour moi intéressants à découvrir, sont :

 

1) Le rôle et la place de la mémoire humaine.

 

Il n’y a pas longtemps j’ai eu l’occasion de découvrir des articles très intéressants sur les répercussions d’Internet sur les fonctions et l’utilisation de notre mémoire.

« Les scientifiques à l’origine de cette étude, dirigés par Betsy Sparrow, professeur assistante de psychologie à l’Université de Columbia, se sont intéressés à la question suivante : les gens se souviennent-ils mieux d’une information qui peut facilement être cherché sur Internet à la manière d’étudiants qui se souviennent plus facilement d’informations sur laquelle ils savent qu’il va y avoir une interro ? »

« Remis dans un contexte de recherche su Internet, ceci tend à prouver que l’on préfère globalement se souvenir de la requête qu’on a tapé dans Google (ou autre) pour trouver une information plutôt que d’enregistrer la réponse à la question qu’on se posait… étrange mécanisme. » Source

 dans Sauce et thé

 


« Placés devant des questions difficiles, auxquelles ils n’ont pas de réponse, les cobayes ont immédiatement à l’esprit la «recherche Google» qui pourrait leur venir en aide. Et lorsqu’on leur demande de stocker des informations dans un ordinateur, ils oublient rapidement ce qu’ils ont écrit pour peu qu’on leur assure que le fichier Word sera bien stocké quelque part sur leur machine. Autre constat intéressant, ils retiennent avec une très grande précision l’endroit où est situé le dossier dans lequel chaque information est classée. Mis bout à bout, les différentes expériences menées par les trois chercheurs des universités Columbia, Harvard et du Wisconsin, sont sans appel : Internet change notre façon d’utiliser notre mémoire. »

 

«  L’intelligence tient à la capacité à lier les faits entre eux, à leur donner du sens. «Si vous avez acquis de grandes capacités d’analyse, Internet peut vous apporter énormément. Sinon, vous êtes simplement submergé de données», résume le chercheur. » Source

 

En effet, étant donné que l’accès aux informations est permanent, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, nos cerveaux se sont donc habitués à cette disponibilité qui nous est offerte.

En contre partie, nous faisons moins d’efforts pour retenir ce que nous lisons, car notre cerveau sait très bien, qu’il aura la possibilité de pouvoir consulter à l’infini ce qu’il découvre.

Donc nous devenons en quelque sorte « faignant » d’apprendre.

Vous me direz à quoi cela serait-il de stocker des informations dans notre cerveau étant donné que celles-ci sont disponibles à tout instant?

En tout cas, il est certain que cela aura des répercussions dans le futur et dans l’évolution de l’humanité.

 

2) L’homogénéité de l’information globale

 

Pour ma part, c’est ce qui me dérange de plus en plustoile+web+internet+monde+utilisateurs+acc%25C3%25A8s+nombre+pays+personnes+continents+%25C3%25A9tude+rapport+bilan+2010+2011+itu+uit

Du Mouvement des Indignés, aux Primaires PS, ainsi que toutes sortes de « scoops » qui touchent les sphères politique, internationale, people, scientifique,  on se rend compte que malgré le nombre impressionnant de sites, d’articles, de blogs, tous différents soient-ils, on arrive bel et bien à une certaine homogénéité de l’information.

Qu’on le veuille ou non, il y a une ligne directrice qui relie faits et informations.

On retrouvera donc pour les mêmes sujets, des centaines d’articles, qui vont du simple copier-coller, à la paraphrase, ou qui reprennent quasiment mots pour mots et idées pour idées les données « brutes ».

Certains diront que c’est une mondialisation de l’information, mais je trouve que la nuance « homogénéité »  est plus juste.

On tourne alors en rond dans ce petit monde « pré-construit », le seul choix qui nous reste étant d’adhérer ou non à ces idées, ces mouvements, ces impressions.

Comme si nous devenions de vulgaires perroquets, sans aucun jugements personnels, juste bons à répéter plus ou moins bien ce que nous lisons.

On parle de « bienpensance », mais cela va beaucoup plus loin. On se fait une opinion sur une opinion qu’on juge être celle à suivre.

Bref, ça me donne l’impression qu’on vend nos âmes et notre libre arbitre à des entités contre lesquelles on ne pas lutter.

 

Rien de telle pour créer, ancrer et diffuser profondément une pensée unique sans précédent!

Et comme je le dis souvent dans mes articles, sachons rester parfois distant de ce média qui nous rend si vite dépendant et qui devient rapidement indispensable dans nos vies.

N’oublions pas que derrière chaque écrans, se trouve la réalité du quotidien, avec des personnes uniques, et surtout une planète, la Terre, qui se contrefiche pas mal de toutes ces technologies pour exister ici et maintenant!

 

20 octobre, 2011 à 18:57 | Commentaires (2) | Permalien


La fin du Nouveau Monde (Nouvelle)- Chapitre II

Lien vers le Chapitre I

 

 

La fin du Nouveau Monde (Nouvelle)- Chapitre II dans Lit et ratures

II

 

Les autorités décidèrent donc de renouer un contact avec la Terre.

Car si nous connaissions beaucoup de choses sur la Terre et ses habitants, nous ne les avions jamais approchés, enfin si mais il y avait bien trop longtemps.

Nous attendions le jour on l’on pourrait se rencontrer dans un contexte d’échanges, de dialogues, d’apprentissages et de découvertes, afin de lier nos connaissances.

Mais le temps nous manquait, nous pensions avoir fait le bon choix en intervenant dans le destin collectif de l’Univers, il fallait agir vite, l’ « Équilibre » tout entier en dépendait.

Il fallait commencer par s’infiltrer, pour trouver un moyen de leur faire prendre conscience du danger que l’Univers encourrait.

Car si l’on pouvait intervenir dans le destin de l’Univers, le choix de changer restait aux Hommes, seul leur volonté pouvait les sauver, Nous sauver.

Après plusieurs propositions, nous avions trouver une solution qui s’avérait être la plus simple et la plus juste.

En effet, nous avions finis par conclure que l’observation des humains, si longue fut elle, ne nous permettait pas de vraiment les comprendre.

L’idée était donc de s’immiscer dans la vie des hommes, sur Terre, afin de faire un premier constat.

Nous voulions essayer d’être les plus objectifs possibles, et peut être que si nous ne comprenions pas les hommes, c’est peut être car nous étions démunis d’émotions, d’instincts.

Une phrase très célèbre provenant de la Terre dit « Pour se comprendre lui-même, l’homme a besoin d’être compris par autre. Pour être compris par un autre il lui faut comprendre cet autre ».

Il nous fallait donc devenir humain le temps d’un instant.

Avant le grand départ, nous nous réunîmes pour faire le point sur toutes les connaissances que nous avions appris des humains.

La combinaison de notre savoir et de celui des hommes allaient alors peut être sauver l’Univers.

De plus, de cette manière, nous laissions le libre arbitre aux hommes.

Ils seraient les seuls à décider.

Pour commencer, nous ne voulions pas rencontrer plusieurs humains, mais un seul.

De cette manière, nous pourrions ressentir tous les sentiments humains sans nous disperser, car nous partions du principe, que tous les hommes étant constitué quasiment de façon identique, ils devaient tous connaître les mêmes sentiments et instinct, à différentes échelles d’ailleurs.

Nous étions donc prêt, le départ était imminent…

 

A suivre…

3 octobre, 2011 à 15:11 | Commentaires (0) | Permalien


Affaire Karachi : Croire en la Justice

 

L’Affaire Karachi… Karachi, Karachi…

Cette affaire avait fait un gros buzz jusqu’en fin d’année 2010, puis jusqu’à ce début de mois de septembre, il y avait eu un gros ralentissement des nouvelles révélations. Il faut dire que le début de l’année avait capté toute l’attention des médias sur les Révolutions Arabes, ainsi que la guerre en Libye puis l’affaire DSK, bref, ça faisait déjà beaucoup pour nos petits cerveaux !

Mais depuis un mois, les revues de presse quotidiennes s’enchaînent à « tire larigot »!

Nouvelles révélations, nouveaux témoignages, dont celui de l’ex-femme de Thierry Gaubert et les fameux extraits de conversations téléphoniques publiées sur Le Monde.

Le cas Brice Hortefeux qui vient se greffer à tout ça, Me Olivier Morice, invité au Grand Journal de Canal plus face à Nadine Morano et leur clash, les tweets du site Elysée.fr qui martelle en une journée que Nicolas Sarkozy n’est en rien concerné…

Image de prévisualisation YouTube

Tout le monde se renvoie la balle, la Justice en France, donne l’impression de n’avoir jamais autant travaillé, mises en examens, auditions, recherche la « vérité » …

En fait l’Affaire Karachi, c’est un peu comme un cocotte minute sur le point d’exploser.

Pourquoi?

Parce que si tout cela s’avère vrai, ça va mal, très mal.

Ça voudrait dire que la corruption tient une place importante, si ce n’est la première, dans notre belle et »irréprochable » démocratie.

Ça voudrait dire que les citoyens se font rouler dans la farine allègrement, qu’on leur ment honteusement et sans scrupules, sans remords …!  (ni regrets?)

Ça voudrait dire aussi que les hommes et femmes politiques, tous partis confondus, qu’ils soient ou non impliquer, laissent faire des choses en parallèle, des choses pas très catholiques, comme dirait l’autre.

Sachant que dans cette histoire tout tourne autour du financement de la campagne éléctorale d’Edouard Balladur en 1995, puis du versement de commissions et rétrocommissions, si tout cela était vrai, ça voudrait dire qu’on blanchit, qu’on détourne de l’argent illégalement et à des fins illégales!

Blanchissement de d’argent, détournements de fonds… (selon moi) , et oui, car partant du principe que les candidats qui atteignent au moins 5% des voix au premier tour de leur campagne sont remboursés selon des critères définis, si l’origine de ces 20 millions de francs mise en doute proviendraient en effet de ventes d’armes et/ou de sous-marins, et bien comment dire, il serait pas très « propre » cet argent remboursé!!!

Balladur, qui a toujours affirmé que cet argent provenait de la vente de divers objets pour soutenir sa campagne (tee-shirts,…, quand on réfléchit deux secondes, on se dit qu’il a du en vendre un bon paquet pour atteindre des sommes pareil!

Vu dans le Monde le 30/06/2011 :

 » Et puis, bien sûr, les policiers ont investigué sur cette somme de 10, 25 millions de francs apparue comme par magie sur le compte de l’Aficeb le 26 avril 1995, trois jours après le premier tour. Ils constatent que les bordereaux de ces dépôts d’espèces, eux aussi, ont disparu des archives des comptes de campagne. Surtout, ils relèvent que plusieurs témoins, ont indiqué que cette somme ne pouvait « en aucun cas correspondre à la vente de t-shirts et autres gadgets vendus lors des meetings ». « On peut conclure que ce versement d’espèces de 10,25 millions ne correspond à aucune recette provenant de collectes, de vente d’articles publicitaires, de remboursement de frais ou de dons de particuliers, et par conséquent que cette somme n’est pas justifiable sur le plan comptable », assure la Dnif. Les policiers ajoutent que ces constatations « remettent par conséquent en cause les explications fournies par M. Galy-Dejean [trésorier de la campagne Balladur], devant le magistrat instructeur lors de sa déposition ».

Ensuite, de part cette pratique de passage de mallettes, de valises, remplies de fric, il faut croire que notre assemblée serait bien vide, étant donné le nombre de personnes qui seraient plus ou moins mouillées (de près ou de loin) dans ces histoires !

 

Pour une fois, j’ai envie de croire en la Justice, j’ai envie de croire en ces hommes et ces femmes qui sont censés élucider des crimes, des arnaques, des « mystères ».

Je vois trop de gens dire «  Ouai, de toutes façon c’est toujours pareil, on ne saura rien, il ne va rien se passer…« .

Stop au fatalisme!

Pour une fois, oui, j’ai envie de me dire que dans mon pays, il y a des gens qui respectent leur métier et qui iront jusqu’au bout de leurs enquêtes, ne prenant pas garde aux mille et un bâtons qu’on vient leur mettre entre les roues.

Que les témoins n’aient plus peur de parler, qu’on les écoute sans crier tout de suite aux scandales, à la « calomnie ».

Pour une fois, j’ai envie de croire à la Justice, en la Justice, et que ceux qui aient abusé impunément du système et de la confiance qu’on leur donne soit punis en conséquence, si ils sont coupables!

28 septembre, 2011 à 22:41 | Commentaires (0) | Permalien


Le Paradoxe de la Peur

Le Paradoxe de la Peur dans Cri-tique

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler cet étrange paradoxe que produit la peur sur nos comportements.

Depuis quelques jours maintenant, je lis les infos de part et d’autre du globe. Les infos dites « officielles » mais également les infos considérées comme « non-officielles ». L’actualité est riche en événements, pas un moment pour respirer.

Tous les domaines de la vie sont saturés de nouvelles que je qualifierai d’assez sombres, dramatiques, catastrophiques… De New-York à Londres, en passant par Madrid ou Tokyo, Paris ou Rome, les jours se suivent avec leurs lots de scandales, de morts, de guerres, d’épidémies, de catastrophes naturelles ou pas.

J’ai constaté que l’approche de l’année 2012, continue de faire spéculer nos idées collectives ou individuelles de fin du monde.

Apparemment tout est lié, on nous cache tout, on nous dit rien. Chaque actualité trouve (semblerait-il) toujours une explication.

Quand ce n’est pas une comète, c’est le calendrier Maya, quand ce n’est pas le calendrier Maya, ce sont les prophéties bibliques, quand ce ne sont pas les prophéties, ce sont les extraterrestres, etc., etc.

Difficile de rester pragmatique et objectif lorsque l’on prend le train de la toile, direction les découvertes cachées, les  mystères irrésolus, les conspirations, les complots,… Chaque arrêt a son lot de messages à faire passer, ses mises en garde, ses révélations, ses conseils,…

Dans cette quête à l’information, je me suis souvent attardée sur les commentaires laissés par les internautes (toi, moi, vous, eux).

Dans quasiment chaque discussion, on retrouve toujours l’équilibre entre les pros complots et les pros anti-complot (car je ne sais si vous l’avez remarqué, mais dorénavant chaque sujet d’actualité traité par les journalistes ou pseudo journalistes finit dans 90 % des cas en un débat concernant toutes ces choses qu’on nous cache, la manipulation de nos esprits,…) avec ceux qui disent «  Ok, mais qu’est ce qu’on peut faire alors ? ».

Vous trouverez peut-être cela stupide, mais je pense que la vrai Peur est exactement là ! Dans cette foutue question.

Le reste ne sert qu’à nous faire remarquer que le monde ne tourne pas dans un parfait équilibre, qu’il y a trop de disparités, de non-dits, de passe-droits, d’injustices…

Pour essayer de synthétiser, dans le premier cas, il y a les gens qui sont contre les autres gens.

Laissez-moi vous expliquer…

Prenons un exemple récent, la proposition d’aide de la CAF pour les gens du voyage. J’ai pu observer et participer à des discussions pour le moins « grotesques », bourrées de stéréotypes, de phrases irréfléchies, d’une ignorance totale de tous les paramètres de la situation et du contexte.

J’ai pu lire dans les commentaires que tous les chômeurs sont des feignants, qu’il faudrait retirer toutes les aides sociales, que les gens du voyages sont des profiteurs, bref aucune analyse de jugement réfléchie. Évidemment ça dérape vite, et forcément la discussion part dans tous les sens, les uns se faisant traiter de raciste ou de facho, les autres dénonçant les injustices qu’ils ne comprennent pas (par exemple : pourquoi aller travailler rapporte moins qu’une personne au chômage et qui perçoit les APL). Mais le sujet n’est pas là, continuons.

Dans le deuxième cas, il y les gens qui pensent que tout n’est qu’un vaste complot, que rien n’arrive par hasard, que les mayas n’ont l’on bien dit, et que la fin du monde est proche, car tous les signes se rejoignent, que ce n’est plus qu’une question de temps.

Alors là niveau théories sur la fin du monde, il y en a pour son argent (et pour son temps, celui ou on reste scotché des heures devant des photos, des schémas, des vidéos prouvant par A+B que tout est là devant nos yeux).

Dans presque tous les cas, j’ai constaté qu’il était extrêmement rare de lire des opinions « neutres » ou « réfléchies », pesant le pour et contre, et ne se fermant pas à toutes idées différentes, par des remarques agressives, insultantes ou banalisées.

 

Mais le Monde est Monde, et il n’a jamais été juste.

Seulement aujourd’hui, on a les moyens de s’en rendre vraiment compte. D’une part car l’information circule vite, très vite, ce qui n’existait pas dans le passé, d’autre part nous sommes maintenant une majorité à savoir lire et écrire, ce qui n’était pas non plus le cas avant avec des taux d’analphabétisme record !

Faut-il rappeler que pendant des siècles le latin dominait les écrits, que seul les scribes étaient habilités à écrire et recopier des documents.

Oui, le Monde est Monde et il n’a jamais été juste.

Remarquons qu’ici, nous avons la possibilité d’avoir enfin un peu de chance dans notre malheur, car s’en rendre compte à grande échelle est le premier pas vers le désir de vivre dans une société plus équilibrée.

Nous en revenons donc à cette question, si simple et si compliquée à la fois, car elle nous met directement au pied du mur.

« Qu’est-ce qu’on peut faire ? »

Cette minuscule question nous ramène à notre propre égoïsme, à nos valeurs, nos convictions, notre courage même, celui de vouloir changer sans savoir comment.

S’indigner est-il la bonne solution ?

Faut-il croire en Dieu et au destin et se laisser porter par la vague ?

Doit-on s’engager en politique ? Voter est-ce la solution à tous nos problèmes ?

Est-ce qu’UN seul homme ou UNE seule femme peuvent-ils changer tout ça ?

Qu’est-ce qu’agir ? Faire le tri de ses déchets, écrire quelques mots comme je le fais, marcher dans la rue pour protester ? Être artiste et faire passer des messages ? S’engager dans les ordres ou dans l’armée ? Faut-il simplement vivre sa vie et ne demander rien à personne ?

Comment être efficace lorsque l’on est seul ?

Comment trouver un compromis juste et équitable pour 7 milliards d’être humains ?

C’est cette question est ce qui nous fait peur.

La peur du changement, la peur de ne pas pouvoir agir, la peur de se rendre compte que nous sommes minuscules dans cet immense univers, la peur de se tromper, la peur de perdre des choses auxquelles nous tenons.

L’idée que me vient à l’esprit est celle d’un couple qui ne s’entend plus, mais qui, conditionné par un grand nombre d’habitudes n’arrive pas se séparer. La peur de se retrouver seul, de ne plus connaître les joies de l’amour.

J’ai l’impression que nous en sommes un peu là !

Les derniers divers mouvements de révoltes, de mécontentements, qu’ils concernent les pays arabes comme la Tunisie, l’Égypte, le mouvement des Indignés, les Anonymous, …, sont la preuve qu’une prise de conscience est entrain d’agir, mais ces mouvements n’ont toujours pas répondu à la fameuse question « Qu’est-ce qu’on fait vraiment ? » car cette question cache derrière elle une autre question « Et maintenant qu’est-ce qu’il va se passer ? ».

Alors comme dans cet exemple du couple, on reste ensemble sans savoir pourquoi, blasé, mais rassurer par la routine.

La peur de l’après, de ne pas savoir quoi faire ? Et si c’était mieux comme ça ? Et si on attendait encore ? Et puis après tout, à quoi ça sert tout ça ?

En effet, cette question demande un énorme courage individuel avant tout !

 2421995325_1 dans On refait le monde

Se regarder dans une glace et se demander ce qu’on veut vraiment, pour soi, pour ses enfants ou ses futurs enfants, pour les autres, pour la planète. 

Qu’est-on vraiment prêt à faire pour changer le monde? A quoi devrons-nous renoncer, car il est évident qu’il y aura des concessions à faire !

La peur du changement, c’est aussi la peur de faire une erreur, la peur de regretter !

Pour cela, je vous invite à venir voir mon prochain article, à paraître prochainement « La Théorie du cœur ».

 

Le paradoxe de la peur, c’est qu’il stimule autant qu’il paralyse !

Arrêtons d’avoir peur, arrêtons de dire que c’était mieux avant, et surtout réfléchissons à tête reposée à toutes ces peurs qui nous gouvernent pour mieux les affronter et les surpasser !

Cinquiemevitesse

peur%20du%20changement_thumb%5B1%5D dans Sauce et thé

20 septembre, 2011 à 19:50 | Commentaires (0) | Permalien


Réflexion sur la vie de Rainer Maria Rilke

Rainer Maria était un écrivain allemand du début du 20 ème siècle, essentiellement reconnu pour ses poèmes

J’avais envie aujourd’hui de vous faire partager un de ses textes que je viens de retrouver dans mes tiroirs…

 

« Efforcez-vous d’aimer vos questions elles-mêmes, chacune comme une pièce qui vous serait fermée, comme un livre écrit dans une langue étrangère.

Ne cherchez pas, pour le moment, des réponses qui ne peuvent vous être apportées, parce que vous ne sauriez pas les mettre en pratique, les « vivre ».

Et il s’agit précisément de tout vivre.

Ne vivez pour l’instant que vos questions.

Peut-être, simplement en les vivant, finirez-vous par entrer insensiblement, un jour, dans les réponses.

Je ne puis que formuler une fois de plus le voeu que vous trouviez assez de patience en vous-même pour supporter, et assez de simplicité pour croire…

Pour le reste, laissez faire la vie.

Croyez-moi, la vie a toujours raison. »

20 septembre, 2011 à 17:08 | Commentaires (0) | Permalien


Citation sur la démocratie

Citation sur la démocratie dans On refait le monde lune241207

 » La démocratie c’est comme la face cachée de la lune, tout le monde en a entendu parler, mais personne ne l’a jamais vu !  » Cinquiemevitesse

 

 

31 août, 2011 à 18:19 | Commentaires (0) | Permalien


La fin du Nouveau Monde (Nouvelle)

La fin du Nouveau Monde (Nouvelle) dans Lit et ratures

 I

 Cela faisait maintenant quelques temps que les autorités s’inquiétaient sérieusement : les humains avaient commencé à découvrir vraiment trop de choses dans l’Univers et sur l’Univers.

Pendant plusieurs millions d’années, on s’était souvent moqué de leurs développements intellectuels et technologiques plus lents que la moyenne galactique, et on les avait laissé continuer de faire des recherches en pensant qu’ils étaient inoffensifs et bien trop préoccupés par leurs problèmes de Terriens.

Mais là, s’en était assez, les Hommes en voulaient toujours plus, plus d’argent, plus d’espérance de vie, plus de nourriture, plus de chefs, plus de pouvoir, plus d’informations, plus de productions, plus de savoir et surtout plus de science, plus d’expériences dans l’espace, conquérir chaque jours plus de kilomètres et repousser les limites du « Monde » connu.

Ce n’est pas que nous n’aimions pas les humains, au contraire, pendant très longtemps suivre leur évolution était une sorte de passe-temps.

Par exemple, lorsqu’ils ont découvert que leur Terre était ronde, et qu’elle tournait sur elle-même, mais également qu’il y avait de la gravité, des atomes, des molécules, tout cela était amusant et de plus ils avaient finis par faire taire tous les chercheurs, comme Galilée et Copernic, ce qui ralentissait considérablement leur propre évolution.

Les Hommes avançaient à si petit pas pour nous, et surtout ils se croyaient éperdument seul dans l’Univers, ils n’étaient donc pas dangereux.

C’est au cours de leur vingtième siècle que quelque part tout a commencé.

» Lire la suite

5 juillet, 2011 à 12:53 | Commentaires (2) | Permalien


Je suis mon pire ennemi

13

Y a ces moments dans la vie, ou plus rien ne nous sourit,
Ces passages à vide, qui mettent nos nerfs à vifs,
Ou l’on s’évertue à donner un sens à ces moments d’absences,
Les remèdes à ces maux ? Bien trop souvent des placebos,
Jouer avec nos limites, croyant que ça passera plus vite,
Mais pas de chance, l’échéance avance
Bien trop peur de se mettre à nu face à notre vécu,
De dire « ferme ta gueule » à nos égos aux tendances mégalos,
Sous prétexte de fierté mal placée, on fait semblant d’avoir accepté
Ces souvenirs sombres dans les abymes de notre mémoire,
Ceux qu’on veut oublier, mais qui resteront là, quelque part, à jamais,
On boit, on baise, on abuse des textures, complices de notre usure,
Et les jours passent, Et les jours passent,
Alors on joue avec nos masques, Nos mascarades servent de remparts,
On affiche des sourires, on parle de nos rêves plein d’avenir,
Ça à l’air cool en surface, mais ça nous reviendra toujours en pleine face,
Pas question de revoir les fondations de notre forteresse, Au fond, ça passera, si on serre les fesses,

 

Y a ces moments dans la vie où on foutrait tout en l’air,
Ou on s’foutrait bien en l’air,
Pour sûr Dark Vador est dans le coup, il a du venir dans la nuit nous susurrer des mots doux,
Ces phrases dans nos têtes, qui raisonnent et se répètent,
Qui nous rendent fous, nous mettent à bout,
Attaques de vieux démons en furie, prêts à tout pour détruire nos vies
Et on s’enfuit, Et on s’enfuit
Engager une lutte avec soi-même, voilà un défi extrême,
Adversaire à la hauteur de nos ambitions, le combat risque d’être long,
Frustrations par ici, souffrances par là,
Au bord du précipice de nos âmes, Prêts à rendre les armes,
Le couteau sous la gorge, l’épée de Damoclès au-dessus de nos têtes,
Juge, bourreau et victime en même temps, reste plus qu’à serrer les dents,
Que ces voix qui raisonnent se taisent enfin,
Et on se tait, et on se tait,
On signe l’armistice souvent en faveur de nos vices
On y laisse quelques plumes, mais c’est pour mieux viser la lune,
La succession des essais pour au moins essayer de toucher les étoiles,
Et peut-être enfin trouver la paix là où l’on si attend le moins,
A l’intérieur de celui avec qui l’on ne fait qu’un…

 

Y a ces moments dans la vie, ou on se sent bon à rien,
Nul, inutile, merdique, médiocre,
Loque humaine, parasite, intrus,
On mélange réalité, rêve, envies et souhaits,
A quoi ça sert d’être là, qu’est que je fou ici ?
Y a t-il une explication à tout ça ?
Nous aurait-on menti ?
Trouver un job, fonder une famille, c’est comme ça qu’on s’épanouit ?
C’est quoi être normal ? Pourquoi les autres me regardent ? Et moi, j’en fais quoi de ma vie ?
Ma vie décalée, parce que je me suis décollée des cases stéréotypées,
M’échappant pas à pas de la réalité, m’embrigadant vers la marginalité
C’est quoi tout ça ? Quelqu’un aurait-il le mode d’emploi ?
Le réalisateur de ce film est sûrement fou allier,
Il écrit l’histoire au hasard, sans nous donner d’explications,
Il nous a rendu accro à ce foutu scénario
Franchement y a de quoi finir taré, de perdre la raison ou d’finir en prison,
Mais même avec tout ça, on n’est pas pressé de voir la fin de ce tourbillon

 

Car perdus quelque part dans l’espace temps,…

 

Y a aussi ces moments dans la vie, ceux qu’on aimerait qu’ils soient infinis
Ceux qui nous font remarquer à quel point la vie peut être belle aussi,
Ces moments là sont souvent courts, rares et précieux, Parce que Le bonheur c’est comme le feu,
Ça brule, ça réchauffe, ça refroidit et ça s’éteint,
Le bout du tunnel est atteint, on se sent bien, Nos problèmes sont maintenant loin,
Mais pour combien de temps ? Un jour ? Un mois ? Un an ?
C’est ça alors vivre le jour présent ?
A ce prix là, la vie vaut de l’or et il a qu’à bien se tenir Dark Vador,
La prochaine fois qu’il attaque, il se prendra une claque
Le combat se poursuivra à armes égales, faut lutter pour atteindre son idéal,
Cette fois pas question de partir en cavale, de se débiner, de s’échapper,
Prendre son courage à deux mains, affronter la vie au quotidien,
Même si ça parfois ça peut faire mal, ne pas oublier que c’est vital
Que tout ça est bien réel, et que d’ici l’heure du game over,
Quand la folie, la déprime et la mélancolie prennent d’assaut nos gardes fous
Il reste toujours notre cœur pour faire exploser nos verrous

23 juin, 2011 à 23:32 | Commentaires (3) | Permalien


Coluche Candidat

Et oui Mesdames Messieurs, vous ne rêvez pas, Coluche, le célèbre humoriste, se présente aux élections présidentielles de 2012… Nous aurons donc un candidat supplémentaire  en 2012.

A la surprise général, ce matin l’annonce  était officielle.

Coluche a enfin décidé se présenter aux élections présidentielles.

Les médias ont déclenché plusieurs émissions spéciales.

Le nombre d’appels vers ces chaines a explosé. Un regain d’espoir vient de s’immiscer dans la vie des français.

Au travail, chez les commerçants, sur les marches, on ne parle plus que de ça.

Selon des sources bien informées, l’Elysée ne souhaite pas faire de commentaires. Cependant, on aurait entendu parler de l’ouverture d’une cellule de crise exceptionnelle.

 

On comprend qu’en ces temps de crises, et au vue des nombreuses erreurs du gouvernement actuel, cette annonce ait de quoi faire chavirer le Titanic.

 Il semblerait que la population avait oublie son « coeur », car depuis ce matin, on ne compte plus les actes de gentillesses, de donation, d’échanges et de fraternité.

Même les policiers ont décidé de ne pas mettre de PV aujourd’hui.

Les gens chantent et dansent dans la rue,  on dirait que la France vient de gagner la coupe du monde.

Nous verrons bien la suite des évènements.

 

Cinquiemevitesse pour C4N international, en direct de Muflo, France d’a côté.

19 juin, 2011 à 22:52 | Commentaires (1) | Permalien


Le message d’une fée…

Le message d'une fée... dans On refait le monde fdugtj3z

 

Décidément, ce n’est pas très facile de communiquer avec vous les humains !                          

Faut dire que vous parlez tout le temps ! Et blablalbli, et blablabla… Vos voitures, vos télés, vos objets en tout genre, vos ondes, … je commence à comprendre pourquoi vous êtes devenus sourds !

Il y a encore un siècle, on pouvait parler avec vos ancêtres, mais maintenant c’est quasiment impossible ! Parce qu’en plus d’être bouchés, vous ne croyez plus en rien non plus ! Tiens, d’ailleurs, si je vous pose la question « Est-ce que vous croyez aux fées ? », les trois quart d’entre vous me répondront soit non, soit je ne sais pas ! Résultat, un vrai génocide, car à chaque fois qu’une personne dit ne pas croire aux fées, et bien elle tue l’une des nôtres !

Même les enfants d’aujourd’hui ne nous écoutent plus ! Je suis horriblement triste ! Et en colère ! Vous vous êtes tellement appliqués à tout rationaliser, analyser, répertorier, je me demande même comment vous faites pour pouvoir encore rêver la nuit, mise à part encore quelques peuples de quelques continents, qui n’ont certes pas la chance de vivre dans ce confort qui vous ramollit le cerveau et l’esprit, mais qui croient toujours en nous, et en la magie de la vie, et qui ont réussi à garder une part d’insouciance et de joie simple.

Pour vous, toutes ces choses invisibles sont un non sens, un mysticisme sans queue ni tête, mais que croyez-vous ? Que tout est visible par vos yeux d’humains aveuglés ? Croyez-vous tout savoir, tout connaître ? Croyez-vous que tout n’est qu’une implacable suite d’événements logiques ?

Et bien dis donc, elle ne doit pas être gaie tous les jours votre vie rationnelle !

En même temps, vous n’avez cessé de vouloir donner une valeur (financière  hélas !) à chaque chose ici présente ! L’eau, la terre, l’amour, …        

Sûrement que vous pensez être fous à croire en des choses qui ne se voient pas, mais personnellement, moi je trouve surtout irréel votre comportement d’avoir laissé aller votre qualité de vie spirituelle de la sorte ! C’est vous les fous en fait ! Vous savez, après votre passage sur terre, vous n’emporterez rien avec vous ! Quand on sait que chez vous certains possèdent des richesses mirobolantes, y parait même que d’autres pourraient faire vivre et nourrir des pays entiers, c’est incroyable non ?

Oh je sais, vous vous direz, « quoi, une fée qui nous parle ? Mais c’est quoi encore que cette idiotie ! »…

En tout cas, moi je préfère croire en des chimères et partir riche intérieurement, que ne croire en rien et partir riche les poches pleines mais l’esprit amorphe… Comment voulez-vous respecter la Vie, et la mystérieuse énergie qui l’a fait naître, si vous essayez de justifier chacun de vos actes et chacune de vos pensées !

Enfin, moi j’dis ça, j’dis rien, je ne suis qu’une fée qui passait par là, visible ou invisible, en tout cas j’ai le cœur gros comme ça, et j’espère qu’un jour vous trouverez une plus belle harmonie que celle que vous avez décidé de suivre en ce début de 21ème siècle !
La Fée…

9 juin, 2011 à 21:44 | Commentaires (0) | Permalien


Tapis Volant !

 

Tapis Volant ! dans Po et Zi

 

 

 

Allez viens je t’emmène sur mon tapis volant

On sera comme deux enfants

Qui vivent un rêve tout simplement

Un voyage avec ou sans retour dans le temps

 

 

 

Prends-moi la main, on décolle maintenant

Accroches toi bien, c’est décoiffant

T’as peur de rien, et heureusement

 

Allez viens je t’emmène sur mon tapis volant

On sera comme deux amants

Qui s’échappent de la réalité un instant

Une escapade avec ou sans bagages, un truc dément

 

Prends-moi la main, on décolle maintenant

Accroches toi bien, c’est décapant

On va partir loin, ça va être excitant

 

Allez viens je t’emmène sur mon tapis volant

On sera comme deux aimants

Qui s’attirent un peu, beaucoup, à la folie, passionnément

Une odyssée avec ou sans escales en cavalant

 

Prends-moi la main, on décolle maintenant

Accroches toi bien, c’est imminent

On ne fera plus qu’un, pendant un moment

 

Allez viens je t’emmène sur mon tapis volant

On sera comme deux soupirants

Qui naviguent à contre-courant

Un périple avec ou sans haltes, juste quelque chose d’enivrant

 

Prends-moi la main, on décolle maintenant

Accroches toi bien, c’est envoûtant

Quand est-ce qu’on revient ? ,… jamais idéalement !

9 juin, 2011 à 15:18 | Commentaires (0) | Permalien


12345...9