"La vie est un voyage! Avec ou sans bagages, seul ou à plusieurs, aventurier ou pas, nous sommes tous des voyageurs du temps!"

Des mots…

Mots-d'animaux

Il y a les mots qu’on dit et ceux qu’on écrit …
Ceux qu’on chuchote et ceux qu’on crie ! 
Il y a des mots pour le dire et des mots pour le vivre
Ceux qui rendent ivre et ceux qui délivrent
Il y a des mots qui restent et d’autres qu’on oublie…
Ceux qu’on aimerait entendre et ceux qui se faufilent sans bruit
Il y a des mots et des silences aussi !

5 mars, 2014 à 23:22 | Commentaires (0) | Permalien


Celui qui ne croit plus est déjà mort !

Croire !

Croire aux fables, aux mythes, aux légendes, aux rêves…

Croire, croire, croire !

Croire que c’est possible, croire en l’impossible,

Croire en la Vie, en l’Amour, en l’Amitié,

Croire en la gentillesse, au respect, à la bonté,

Croire, croire, croire !

Croire en soi, en l’autre, en l’avenir,

Croire au destin, aux coïncidences, au hasard,

Croire que ça peut changer,

Croire est le meilleur remède pour garder espoir !

Pour rester en vie, pour se sentir vivant,

Pour ne pas se perdre dans le labyrinthe des tourments,

Croire, croire, croire

Pour sourire

Croire et puis agir!

 

 

 

 

29 octobre, 2013 à 19:13 | Commentaires (0) | Permalien


Caractère

Version bis et revue de « Histoire d’X: Rupture »

 

Si y a bien une chose de sûr dans la vie, c’est qu’on est toujours l’ex de quelqu’un !

Et pas plus tard que maintenant j’prends la décision de me séparer de ce vaurien.

Parce que plus j’y pense et plus j’me rends à l’évidence, on a atteint les limites lui et moi… Faut qu’on crève l’abcès tant que le divorce peut encore se faire à l’amiable, avant qu’on  ne se déchire, avant qu’il ne soit trop tard !

Ouai, j’vais l’faire ! J’vais rompre ! J’vais m’libérer !

Allez chiche, vas-y ma cocotte, prend ton courage à deux mains !

Je sais que tu peux l’faire, il est temps de mettre un point final à cette histoire qui ne vaut rien !

Faut dire que j’le supporte plus ce foutu caractère.

C’est pas tant ses mimiques et ses petits travers…, mais ce fichu caractère, c’est clair  j’vais m’le faire.

Maudit caractère ! Bienvenue dans mon calvaire, il me fait vivre l’enfer

Véritable champion de la procrastination, il repousse tellement l’action au lendemain, voir au sur-sur lendemain, ben qu’au final y s’passe rien… Wallouh, nada, que dalle !

Et puis les « j’le fais, j’le fais pas », « j’y vais, j’y vais pas », les « j’sais pas »… ben oui parce qu’en plus il est indécis le bougre !

Facile de se cacher derrière l’indécision pour ne pas avoir à prendre de décisions.

Et ce manque de confiance en lui… non mais n’importe quoi, faut arrêter!

Toujours entrain d’analyser les réactions des autres, de scruter leurs avis, de chercher dans leurs regards des réponses introuvables.

Et ce manque d’estime de soi dégoulinant de mélancolie… Parlons-en… Tragédie de la vie…

Ouai, j’vais l’faire ! J’vais rompre ! J’vais m’libérer

Satané caractère ! J’peux plus le blairer ! Il lui manque cruellement de courage, de volonté. Motivé à tout, ça oui, mais par dessus tout, prêt à rien !

Surtout ne pas prendre de risques ! Et puis quoi encore !

C’est qu’il faudrait pas le brusquer ce pauvre petit… Calimero introverti !

Non, ne rien tenter c’est mieux, ça évite l’échec, la frustration ! Pas de danger ! Pourquoi s’aventurer vers l’inconnu alors que vivre dans sa bulle c’est garanti sans naufrage !

Manquerait plus qu’il se noie tiens ! Mais préfère pas se mouiller cet empoté,  cet handicapé des relations, des situations, des discussions…

Ouai, j’vais l’faire ! J’vais rompre ! J’vais m’libérer

Insipide caractère, j’peux plus l’encadré! … ce renfermé, ce lâche… Oui, c’est un lâche, voilà c’qu’il est !

J’le vois bien des fois, quand il a envie de s’exprimer, se taire et baisser les yeux, au cas où on pourrait lui demander son opinion… alors plutôt que vivre ridicule, il préfère mourir muet.

J’sais pas ce qui me retiens des fois de lui mettre mon poing dans la gueule, histoire de l’bousculer un peu, de l’arracher de sa mélasse pseudo dramatique, ce trouillard, cet immonde froussard, invivable, imbuvable…  .

Ce peureux craintif dégonflé, victime de lui-même, ce misérable clown triste, parasite de l’espèce humaine, m’a lessivé, m’a pompé mon énergie vitale, ma personnalité.

Sa voix, silencieuse, sa raison, prisonnière de ses œillères, incapable de se battre, de se relever, d’avancer.

Je le méprise ce coincé, cet ignoble traître. Oui, un traître, il n’existe pas meilleur mot pour le décrire ! Mais maintenant c’est fini, terminé, basta ! J’vais lui dire tchao à ce pantin !

Ouai, j’vais l’faire ! J’vais rompre ! j’vais me libérer

J’vais changer !

Alors en ce jour solennel, je suis au regret de t’annoncer cher moi, cher caractère, que je prends la décision non négociable de te quitter !

Oui, je rompt, je demande le divorce !

Terminé de me martyriser !

Terminé de m’éviter !

Je décide aujourd’hui de faire la paix. Je stoppe les batailles, les luttes, les conflits intérieurs, je m’arrache de ces sables mouvants dans lesquels je m’étais engluée, réfugiée.

Ça prendra peut-être un peu de temps, mais mon choix est fait.

L’avenir, mon avenir, m’appartient à partir de maintenant au présent hors des murs de ma propre prison.

13 octobre, 2013 à 0:36 | Commentaires (1) | Permalien


Ode à l’écriture – Spring

Ode à l'écriture - Spring dans Lit et ratures atelier-d-ecriture_article_high2-300x182

 

J’aime quand tu me dessines

Quand tu me donnes vie du bout de ton stylo

Alors je t’offre mon alphabet

Bouquet de lettres prêtes à s’enlacer les unes aux autres

Formons ensemble la farandole de la phrase parfaite

 

Je t’offre mes consonnes, mes voyelles

Laisse libre court à ton imagination

Encense moi, rend moi belle

Caresse le papier, laisse toi aller

Entre toi et moi, tant de possibilités

 

Je t’offre mes syllabes

Toi qui connait par cœur mon abc

Toi le chirurgien des mots

Le magicien des verbes

Manie moi, joue avec moi

 

Je t’offre mes allitérations,  mes assonances

Je m’offre à toi

Sans limites ni frontières

Sans interdits ni tabous

Pas farouche pour un sou

 

Je t’offre les litotes, métaphores et autres figures de style

Fais-moi, défais-moi, façonne-moi,

En prose, en poésie, académique, sérieuse, déjanté

Tu peux user à volonté de jeux d’esprits ou autres calembours

Être toi ou quelqu’un d’autre tour à tour

 

Je t’offre mon existence

Je suis la porte entre la réalité et ta conscience

Je ne vis qu’à travers toi, au plus profond de ton être

Te rends-tu compte que tu es ma raison d’être

Alors que puis-je t’offrir de plus que la liberté  ?

Prend la place du Grand Architecte, laisse-moi exister !

29 mai, 2013 à 20:53 | Commentaires (2) | Permalien


Si la vie, si…

Si la vie, si... dans Lit et ratures infini-lemniscate-300x300

Si la vie, si…

Si la vie était un rêve, je souhaiterais dormir pour l’éternité…

Vivre ce songe et ne jamais me réveiller

 

Si la vie, si…

Si la vie était parfaite, je m’arrangerais pour la compliquer un peu

Lui donner du piment pour en prendre plein la vue, plein les yeux

 

Si la vie, si…

Si la vie était une danse, je valserais avec le soleil pour cavalier

Filante comme une étoile sur la pointe des pieds

 

Si la vie, si…

Si la vie était un homme, elle serait mon âme sœur

Mon amour de toujours, mon prince, mon Roméo, celui qui vous ravit  le cœur

 

Si la vie, si…

Si la vie était une femme, elle serait d’une exquise beauté, sans nul pareil

Femme, mère, fille, soeur, reine des merveilles

 

Si la vie, si…

Si la vie était un fruit, je croquerais dedans à pleines dents

Prête à risquer l’overdose à chaque instant, et défier Dieu en chipant la pomme d’Adam

 

Si la vie, si…

Si la vie était une odeur, je m’enivrerais de ses séduisantes fragrances, de ces onguents les plus délicats

Me délectant de ce feu d’artifices olfactif  au parfum velouté de nirvana

 

Si la vie, si…

Si la vie était un voyage,baluchon à l’épaule,  je partirais sans me retourner

Avide d’aventures, de rencontres et de souvenirs singuliers

 

Si la vie, si…

Si la vie était une caresse, je me ferais câline, douce et docile

Frissonnante, hypnotisée par les tourbillons dessinés de ses mains habiles

 

Si la vie, si…

Si la vie était un regard, j’y plongerais mon âme avec délice sans même réfléchir

Sans la peur de m’y noyer,  sans fausse pudeur, juste pour le plaisir

 

Si la vie, si…

Si la vie était un paysage,  modelée selon les pulsions de mère nature, avec violence et passion

Je m’inclinerais devant tant d’immensité, devant ce visage qui traverse les époques et les saisons

 

Si la vie, si…

Si la vie est une bataille de tous les jours, avec l’humour comme arme et l’amour en guise de bouclier

Combats après combats, je sais maintenant qu’il ne faut jamais, jamais abandonner

 

Si la vie, si…

Si la vie est la vie,  poésie insolite qui se griffonne sur la spirale d’ADN comme des idées sur du papier,

Magique, pleines de mystérieux secrets cachés au fond de nos yeux, je prendrais soin de ne pas la laisser filer.

 

28 avril, 2013 à 20:49 | Commentaires (0) | Permalien